Demotte s'étonne des critiques rapides contre Di Rupo

25/05/11 à 16:49 - Mise à jour à 16:49

Source: Le Vif

Le ministre-président wallon et de la Communauté française, Rudy Demotte (PS), s'est étonné des critiques émises par le ministre Geert Bourgeois (N-VA) à propos du travail du formateur, Elio Di Rupo (PS), alors que ce dernier vient de commencer sa mission.

Demotte s'étonne des critiques rapides contre Di Rupo

© Image Globe / ERIC LALMAND

"C'est un préjugé inacceptable. Elio Di Rupo est à peine assis que l'on dit qu'il n'a pas d'ambition, que ça ne va pas assez vite alors que ça dure depuis un an. Je pense que la méthode de Di Rupo est la meilleure, que c'est même la seule possible", a-t-il déclaré en marge d'un déjeuner-débat au Cercle de Lorraine. Aux yeux du ministre-président, réunir maintenant les différents partis ne servirait à rien. "Ce serait la cacophonie", a-t-il affirmé.

Devant un parterre d'hommes d'affaires, M. Demotte a dressé par ailleurs un état des lieux de la Wallonie, en invoquant les bons indicateurs actuels et en vantant les mérites du plan Marshall. Celui-ci a confié sous cette législature et au cours de la précédente un pouvoir de décision sur près de trois milliards d'euros aux entrepreneurs et au monde académique. "C'est très loin d'une image de la Wallonie très étatiste et dirigiste", a-t-il fait remarquer.

Le ministre-président est également revenu sur la nouvelle appellation Fédération Wallonie-Bruxelles qui attend la Communauté française. "Je suis contre la poursuite de l'appellation Communauté française. Le pire danger pour Bruxelles, c'est l'écrasement entre deux blocs communautaires". Et de lancer à l'adresse de la Flandre: "Il est loisible à la Communauté flamande de s'appeler Fédération Flandre-Bruxelles".

M. Demotte s'est par ailleurs montré sceptique sur l'idée d'une régionalisation de compétences sans un transfert de moyens suffisants. "Je suis partisan d'un fédéralisme de la responsabilité, sans hypocrisie. Quand on nous explique que l'on peut transférer des compétences avec 20, 30 ou 40 pc des moyens en moins, je me demande, puisque c'est si évident, pourquoi le fédéral n'a pas exercé ces compétences avec 20, 30 ou 40 pc de ces moyens en moins", a-t-il dit.

Levif.be avec Belga

Nos partenaires