Contrôle budgétaire : Y a-t-il encore de la marge ?

26/01/12 à 21:27 - Mise à jour à 21:27

Source: Le Vif

Thierry Giet, le président faisant fonction du PS, souligne que les futures mesures devront se prendre en concertation avec les partenaires sociaux. Des propos qui font réagir Alexander De Croo puisque pour ce dernier il y a encore de la marge pour faire des économies.

Contrôle budgétaire : Y a-t-il encore de la marge ?

© Belga

Le président faisant fonction du parti socialiste, Thierry Giet, a souligné jeudi que "les mesures qui découleront du conclave budgétaire (prévu fin février) devront se prendre en concertation avec les partenaires sociaux".

Les syndicats sont remontés contre les mesures prises par le nouveau gouvernement Di Rupo dans le cadre budgétaire et les réformes socio-économiques. Ils n'ont été associés dans le cadre d'une concertation qu'après que les mesures les plus importantes, relatives notamment au relèvement du taux d'activité, eurent été votées. "La concertation sociale a été mise à mal par la rapidité des décisions prises fin 2011. Cette rapidité était dictée par l'urgence", a justifié jeudi soir Thierry Giet lors de la présentation des voeux du PS à la presse. Cependant, "il est crucial de relancer la concertation sociale. C'est un pilier de notre modèle de société. Il faut la préserver à tout prix", a enchaîné M. Giet.

Le président du PS a répété lors de son discours à Bruxelles que, si un effort supplémentaire devait être fait lors du contrôle budgétaire, "il faudra parler prioritairement de la contribution des revenus du capital". Il a assuré que la présence du parti socialiste permet d'éviter "les horreurs" telles que la limitation des allocations de chômage dans le temps, le relèvement de l'âge légal de la pension ainsi que la suppression brutale de toutes les prépensions.

Pour Alexander De Croo "il y a encore de la marge pour des économies"
Le président des libéraux flamands, Alexander De Croo juge qu'il y a encore de la "marge" pour mener des économies, contredisant ainsi le président ff du PS, Thierry Giet, selon qui il ne sera plus possible d'agir sur les dépenses de l'Etat lors du prochain contrôle budgétaire. Interrogé jeudi soir sur le plateau de Ter Zake (VRT), le président de l'Open Vld a indiqué qu'il y avait "très clairement encore de la marge pour des économies supplémentaires".

M. De Croo a rejeté l'idée de son homologue socialiste d'agir sur le volet des recettes du budget, notamment via une taxe sur le patrimoine ou un impôt sur la plus-value des actions.
"Ce sont des impôts inefficaces que nous avons déjà évacués de la table il y a plusieurs mois. Imposer maintenant des impôts supplémentaires, ce serait pousser l'économie dans la direction d'une récession avec des effets contraires à ceux que nous recherchons". Alors que M. Giet a affiché sa volonté de préserver l'indexation, M. De Croo a estimé au contraire qu'un saut d'index était "une des mesures possibles".

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires