Comment GSK a pu ne pas payer 892 millions d'euros à l'Etat belge

23/08/12 à 09:43 - Mise à jour à 09:43

Source: Le Vif

En 2009 et 2010, la pandémie de grippe A/H1N1 a permis au groupe britannique GlaxoSmithKline (GSK) de vendre 300 millions de doses de son vaccin Pandemrix dans le monde entier. Soit un chiffre d'affaires de 2,3 milliards d'euros, dont un milliard est revenu sous forme de royalties à sa filiale belge, GSK Biologicals, basée à Rixensart (Brabant wallon).

Comment GSK a pu ne pas payer 892 millions d'euros à l'Etat belge

© Image Globe

Or, en raison de deux mesures fiscales belges controversées - la déduction sur les revenus de brevets et les intérêts notionnels -, ce pactole n'a au mieux été taxé qu'à 3%. Ce qui revient à dire que l'Etat Belge a "perdu" l'équivalent de 320 millions d'euros. Sur les seules ventes du Pandemrix, donc.

Sur l'ensemble de ses revenus imposables enregistrés entre 2008 et 2011, l'addition grimpe à 891,6 millions d'euros d'impôts non perçus par la Belgique. Deux mesures fiscales qui coûtent décidément cher au budget de l'Etat...

L'enquête du Vif/L'Express, publiée ce jeudi, a duré plusieurs mois. Nous avons épluché les comptes annuels de plusieurs filiales du groupe GSK, afin de retracer une partie des flux financiers liés aux ventes du Pandemrix.

Infographie : ArtVoltAge.be

Nous révélons également que deux employés belges de GSK, dont le directeur financier et administrateur de GSK Biologicals, Denis Dubru, apparaissent dans un montage fiscal utilisé par le groupe GSK au Luxembourg en vue de minimiser l'impôt au Royaume-Uni sur une partie des revenus du Pandemrix. Un montage jugé abusif par le fisc britannique et démantelé par celui-ci l'an dernier.

Enquête réalisée par David Leloup avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Communauté française .

En savoir plus sur:

Nos partenaires