Charleroi: la double alerte à la bombe levée, du retard sur le rail

05/10/16 à 18:12 - Mise à jour à 22:14

Source: Belga

Une alerte à la bombe a provoqué l'évacuation de la gare de Charleroi-Sud et des l'instauration de mesures de sécurité supplémentaires au Brussels South Charleroi Airport (BSCA), ce mercredi vers 17h30. Un appel téléphonique signalait une explosion imminente. Les dispositifs ont été levés peu avant 19h00.

Charleroi: la double alerte à la bombe levée, du retard sur le rail

/ © BELGA

Un appel téléphonique anonyme est parvenu aux forces de l'ordre, ce mercredi vers 17h30. L'interlocuteur signalait la présence de bombes qui devaient exploser à 17h45 à la gare de Charleroi-Sud et à l'aéroport de Gosselies. Les forces de l'ordre ont immédiatement fait évacuer la gare ainsi que les quais du métro et des bus. Toutes les lignes des TEC se rendant ou partant de la gare ont été évacuées. D'autres ont été déviées.

Un périmètre de sécurité a été instauré et les rues adjacentes ont été fermées à la circulation. Le dispositif a engendré des perturbations et des retards sur les lignes desservant Charleroi. Dans le même temps, des mesures de sécurité ont été prises à l'aéroport. De légers retards ont été enregistrés sur trois vols au moins, mais le BSCA n'a pas confirmé qu'ils étaient en lien avec l'alerte à la bombe. La double alerte a finalement été levée peu avant 19h00 une fois les deux lieux inspectés par les forces de l'ordre.

Rail: des retards de 45 à 60 minutes sur l'axe Charleroi-Bruxelles (Infrabel)

La situation restait difficile mercredi soir sur l'axe Charleroi-Bruxelles. Les trains accusent des retards de 45 à 60 minutes. Les retards se répercutent aussi vers Anvers. L'axe Charleroi-Bruxelles a subi les répercussions des deux alertes à la bombe de Bruxelles-Nord et Charleroi-Sud, a indiqué Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel, le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire.

"La situation est aussi compliquée sur l'axe Nord-Midi mais avec des retards moindres, compris entre 15 et 30 minutes", précise M. Sacré. Pour Infrabel, cette accumulation de retards est une situation exceptionnelle. "Nous avons eu deux fois une heure d'interruption du trafic à Bruxelles-Nord et Charleroi-Sud", ajoute-t-il. "On s'efforce de réaffecter, avec la SNCB, le matériel pour demain matin afin d'éviter des suppressions de trains", explique encore M. Sacré.

Nos partenaires