Braquage à Zaventem : le butin du vol de diamants pourrait être dix fois plus élevé

13/06/13 à 06:32 - Mise à jour à 06:32

Source: Le Vif

Le butin du vol de diamants commis en février dernier à l'aéroport de Bruxelles ne s'élèverait pas à 37 mais bien à 300 millions d'euros. C'est en tous cas ce que soupçonnent les services de renseignement marocains, rapporte jeudi De Morgen. Les Marocains partent du principe que le secteur diamantaire anversois a minimisé l'ampleur des faits pour des raisons commerciales.

Braquage à Zaventem : le butin du vol de diamants pourrait être dix fois plus élevé

© IMAGEGLOBE

Les services marocains ont mis leurs collègues belges sur la piste de Marc Bertoldi, un Français d'origine marocaine, quelques jours à peine après le braquage du 18 février. Celui-ci est toujours actuellement incarcéré à Metz en tant que suspect principal dans cette affaire.

Les Marocains estiment que le butin est beaucoup plus important que ce que l'on supposait, selon De Morgen. Ils ont transmis leurs informations à leurs homologues belges le 5 avril. Il ressort de celles-ci que les 120 colis de diamants volés n'avaient pas une valeur de 37 millions d'euros mais plutôt de 300 millions d'euros.

L'Antwerp Diamond Center - qui regroupe plusieurs dizaines de préjudiciés et a évoqué après le vol un butin de 37 millions d'euros - rejette ces suppositions. "J'avais à l'époque demandé quel était le montant du butin: 37 millions d'euros. Pour moi, ce montant est toujours d'actualité", selon la porte-parole Caroline De Wolf.

Les enquêteurs et magistrats belges viennent de revenir du Maroc, où durant une semaine ils ont pu échanger des informations avec leurs collègues marocains. Ils ont également assisté à des perquisitions censées permettre d'appréhender un autre suspect principal, qui court toujours actuellement. Le porte-parole du parquet de Bruxelles, Jean-Marc Meilleur, a confirmé les faits au journal, indiquant que l'homme n'avait pas encore été arrêté. Aucune autre arrestation n'aurait eu lieu.

En savoir plus sur:

Nos partenaires