"BNP Paribas a publié des données maquillées"

03/07/14 à 06:37 - Mise à jour à 06:37

Source: Le Vif

Dans les "états financiers 2009" publiés par la banque française, les données mesurant les risques de marché encourus par sa filiale BNP Paribas Fortis ont été manipulées à la baisse, affirme un témoin, qui a décidé de saisir la Banque centrale européenne de la question. La banque dément.

"BNP Paribas a publié des données maquillées"

© Belga

Février 2010. Comme en chaque début d'année, l'heure est au reporting : les données retraçant l'année 2009 sont compilées, vérifiées et transmises au siège pour publication au rapport annuel de BNP Paribas. Parmi celles-ci figure la 'valeur en risque' (value at risk ou VaR dans le jargon) : sur la base d'une formule statistique développée en interne, la VaR mesure la perte potentielle sur les actifs financiers détenus en propre par la banque.

Chez BNP Paribas Fortis, en février 2010, au moment de communiquer les données 2009 au siège français, plusieurs personnes à Bruxelles, actives au sein du département de gestion des risques, s'interrogent sur la fiabilité des chiffres transmis. "Nous avons été plusieurs à constater que les montants fournis étaient significativement inférieurs à ceux livrés par le modèle interne, nous affirme, sous couvert d'anonymat, un ancien cadre du département. Des données modifiées manuellement ont été envoyées par le département Gestion des risques aux auditeurs externes via le département Finance de BNP Paribas."

Affirmant détenir la version originale des données, avant modifications, le spécialiste aligne les exemples. Les "états financiers consolidés" audités publiés par BNP Paribas stipulent que la valeur en risque liée aux taux d'intérêt chez BNP Paribas Fortis était de 17 millions d'euros au 31 décembre 2009. Notre source est catégorique : "À cette date, le modèle interne indique un montant deux fois plus élevé : 33,81 millions d'euros. Mais ce montant a été modifié manuellement, comme d'ailleurs les montants des quatre jours ouvrables précédents. Ils ont été remplacés par une suite de nombres en progression linéaire, ce qui démontre que les chiffres ont été déterminés a posteriori."

Le même rapport officiel de BNP Paribas indique que la valeur maximale en risque (toujours pour le risque de taux) enregistrée au cours de l'année 2009 chez BNP Paribas Fortis a été de 89 millions d'euros. "Ce n'est pas ce que dit le modèle interne : le 2 décembre 2009 par exemple, la valeur en risque pour les produits de taux atteint 146,35 millions d'euros", précise notre source.

Toujours selon les états financiers publiés par le groupe français, la valeuren risque maximale atteinte au cours de l'exercice 2009 au sein de BNP Paribas Fortis, tous risques de marché confondus, est de 163 millions d'euros. "Faux, selon l'expert. Les données issues du modèle interne indiquent que ce niveau a été plusieurs fois dépassé au cours de l'année. Le 1er décembre 2009 par exemple, la valeur en risque totale est de 191,37 millions d'euros. Ce montant se trouve dans le fichier d'origine mais il a par la suite été manuellement remplacé par une fausse valeur, 36,84 millions d'euros, qui n'est rien d'autre qu'une moyenne des montants adjacents." Au total, d'après ses estimations, "12% des données à fin 2009 ont été modifiées".

La banque reconnaît que "des corrections ont été apportées" aux données issues du modèle interne tout en ajoutant que ces "ajustements sont le résultat d'actions déclenchées par des problèmes techniques" liés au modèle interne.

"Tout porte à croire que BNP Paribas a publié des données maquillées s'écartant significativement du risque réel, affirme au contraire Laurent Arnauts, le conseil de notre source. C'est pourquoi nous avons décidé de porter l'affaire devant la Banque centrale européenne, qui vient de se voir confier le contrôle des grandes banques européennes. Nous envisageons également de saisir les autorités américaines qui ont démontré leur indépendance en imposant une amende de plus de 6 milliards d'euros à BNP Paribas."

Par Paul Gérard

L'enquête intégrale dans Le Vif/L'Express de cette semaine

En savoir plus sur:

Nos partenaires