Aucune arme découverte par la police à Comines

21/01/15 à 11:32 - Mise à jour à 11:32

Source: Belga

A la demande du parquet de Lille, les forces de l'ordre ont mené mardi soir une perquisition dans une maison de Comines-Ten Brielen. Aucune arme et aucun explosif n'ont été découverts dans cette habitation. Des objets pouvant intéresser ce dossier, lié au trafic d'armes, ont été saisis par les enquêteurs.

Aucune arme découverte par la police à Comines

Archive. © BELGA

La division de Tournai du parquet de Mons a communiqué mercredi en fin de matinée sur l'opération qui a été menée mardi en début de soirée dans une maison de la Grand'rue à Ten-Brielen, dans l'entité de Comines-Warneton. Menée par des hommes de la PJF de Tournai, accompagnés de policiers français, cette opération a été exécutée dans le cadre d'une commission rogatoire internationale du 18 décembre 2014 émanant des autorités françaises, plus précisément du parquet de Lille.

Mardi, à 17h45, 33 habitations ont été évacuées dans un périmètre de 50 mètres autour d'une maison de la Grand-rue. Précisément, 82 personnes ont été concernées par cette mesure et un centre d'accueil a été établi au sein de l'Office du tourisme de Comines-Warneton. Une vingtaine de policiers de la zone de police de Comines ont assuré la sécurisation des lieux et l'évacuation des riverains. "Il s'agissait de prendre les précautions nécessaires à l'intervention des services de police."

Les autorités françaises avaient requis les autorités judiciaires belges afin de procéder à une perquisition au sein de l'habitation. Le dossier est afférent à un commerce illégal d'armes. De par la nature du dossier, des mesures particulières furent mises en oeuvre en raison du risque de présence de produits explosifs. Le service de déminage est dès lors intervenu de 18h30 à 20h00 en collaboration avec un maître-chien spécialisé en recherche d'explosifs. L'habitation sécurisée, la perquisition a pu être menée par quatre membres de la police judiciaire fédérale de Mons-Tournai. Deux membres des services de police français les accompagnaient.

"Aucune arme à feu ou engin explosif ne fut découvert. Il fut par contre procédé à la saisie de nombreux objets pouvant intéresser l'affaire. Les habitants purent regagner leur domicile de manière progressive à partir de 20h45. Les devoirs judiciaires ont été clôturés vers 23h00", précise dans un communiqué Frédéric Bariseau, substitut du procureur du roi de Tournai.

Nos partenaires