Attentats: Un suspect libéré sous conditions, trois autres restent en prison

07/04/16 à 20:20 - Mise à jour à 20:20

Source: Belga

La chambre du conseil de Bruxelles n'a pas prolongé jeudi la détention préventive d'Abdeilah Chouaa, dans le cadre du dossier concernant les attentats à Paris. L'homme a été remis en liberté moyennant le respect de strictes conditions.

Attentats: Un suspect libéré sous conditions, trois autres restent en prison

© Belga

Le parquet décidera demain/vendredi s'il fera appel contre cette décision. Trois suspects dans l'enquête ont vu leur détention préventive allongée d'un mois. Il s'agit de Mohamed Amri, Mohamed Bakkali et Zakaria Jaffal.

Abdeilah Chouaa a été privé de liberté le 25 novembre 2015 et a toujours contesté toute implication dans les attentats. Le soir des attentats à Paris, Salah Abdeslam aurait cherché à contacter Abdeilah Chouaa, qui travaille à l'aéroport de Zaventem, via Naïm B., un détenu de la prison de Namur, qui était en possession du numéro de téléphone de ce dernier. Salah Abdeslam espérait vraisemblablement qu'Abdeilah Chouaa, un proche de Mohamed Abrini, puisse l'aider à se constituer une nouvelle identité.

Si le parquet fédéral va en appel contre sa libération, la Chambre des mises en accusation devra rendre une décision dans les 15 jours. Ce délai vaut également pour Mohamed Amri, Mohamed Bakkali et Zakaria Jaffal si leurs avocats vont en appel contre la prolongation de leur détention.

Mohamed Amri a reconnu, tout comme Hamza Attou, avoir ramené Salah Abdeslam de Paris à Bruxelles la nuit du 13 au 14 novembre. Les deux hommes affirment ne pas être impliqués dans les attentats proprement dits. Selon leurs avocats, les deux suspects ont été appelés durant la nuit du 13 au 14 novembre 2015 par Salah Abdeslam, qui se trouvait à ce moment-là à Paris et qui leur a demandé de venir le chercher parce que sa voiture était en panne. Les deux hommes se sont rendus à Paris et ont ramené Abdeslam à Bruxelles. Sur le chemin du retour, ils ont été contrôlés à trois reprises par la police française mais n'ont pas été interpellés.

Arrivés à Bruxelles, Mohammed Amri a quitté le véhicule tandis que Hamza Attou a appelé Ali Oulkadi, un troisième suspect, pour lui demander de se rendre à la station de métro Bockstael. Oulkadi est allé chercher Attou et Abdeslam puis les a accompagnés dans un café, où Salah Abdeslam a reconnu être impliqué dans les attentats de Paris et que son frère Brahim s'y était fait exploser. Après cette discussion, Oulkadi a conduit Salah Abdeslam à Schaerbeek.

Mohamed Bakkali, âgé de 28 ans, a été appréhendé le 26 novembre dernier à Bruxelles et est inculpé d'assassinats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste. Le rôle de Mohamed Bakkali dans les attentats demeure peu clair pour l'instant. Une BMW qu'il louait aurait été aperçue à proximité de deux habitations où ont été préparées les attaques, à Charleroi et Auvelais. Sous une fausse identité, il aurait également loué un appartement à Schaerbeek où ont été retrouvées des empreintes de Salah Abdeslam. Enfin, les enquêteurs avaient découvert à son domicile une vidéo témoignant de l'espionnage d'un responsable d'un site nucléaire de Mol.

Mohamed Bakkali a aussi loué l'appartement de la rue Max Roos, à Schaerbeek, où les frères El Bakraoui ont séjourné avant les attentats de Bruxelles. Sur un ordinateur retrouvé dans une poubelle près de l'appartement, les enquêteurs ont trouvé un testament d'Ibrahim El Bakraoui, dans lequel M. Bakkali est mentionné. "Selon plusieurs médias, le testament d'Ibrahim El Bakraoui innocente mon client. De plus, aucune trace de son ADN n'a été trouvée dans les appartements perquisitionnés", avait indiqué son avocat, Me Courtoy, plus tôt dans la journée.

Zakaria Jaffal avait été interpellé le 20 janvier dernier en raison de ses liens présumés avec différentes personnes citées dans le volet belge de l'enquête concernant les attentats de Paris. Il aurait ainsi fait partie du cercle de connaissances d'Abdelhamid Abaaoud mais son rôle précis ou ce qui lui est reproché, n'est pour l'heure pas clairement établi. Lors de la perquisition de son domicile, la police n'a trouvé ni armes ni explosifs.

Nos partenaires