Assaut à Verviers: "Pour éviter un nouveau Paris"

15/01/15 à 18:21 - Mise à jour à 12/05/16 à 18:26

Source: Belga

Un assaut a été donné par la police contre un présumé groupe terroriste à Verviers ce jeudi soir. Deux des suspects ont été tués. Une dizaine d'opérations auraient eu lieu dans différents endroits en Belgique. L'opération aurait également lieu simultanément dans 7 autres pays à travers le monde.

Assaut à Verviers: "Pour éviter un nouveau Paris"

© Belga

Le Premier ministre Charles Michel et les ministres de l'Intérieur Jan Jambon et de la Justice Koen Geens ont tenu une réunion de crise jeudi soir à la suite des différentes actions anti-terroristes menées durant la journée. "Les ministres ont suivi l'évolution du dossier de près durant toute la soirée avec les services de sécurité", a expliqué Olivier Van Raemdonck, porte-parole du ministre Jambon, à l'issue de cette réunion.

"Après de longs préparatifs par les services de renseignement et de sécurité, des opérations ont été lancées jeudi dans la cadre de la lutte contre le terrorisme, ont indiqué les trois ministres dans une déclaration commune. MM. Michel, Jambon et Geens tiennent "à remercier chaleureusement et à féliciter tous les services qui ont été impliqués sur le terrain". Le porte-parole n'a pas pu s'exprimer sur l'enquête judiciaire en cours. Il a toutefois confirmé que le niveau de la menace avait bien été élevé pour tout le pays à un niveau de trois sur une échelle de quatre, "bien qu'il n'existe pas de nouveaux éléments de menace". Il s'agit d'une mesure "de prudence", a-t-il laissé entendre.

L'opération à Verviers a pris fin

Assaut à Verviers: "Pour éviter un nouveau Paris"

© Belga

L'opération menée par la police fédérale à Verviers jeudi soir a pris fin, a déclaré Marcel Simonis, le chef de corps de la zone Vesdre. Les descentes sur le terrain se poursuivent néanmoins, a-t-il ajouté.Le chef de corps a confirmé à son tour, après le parquet fédéral, le bilan de deux morts et d'un blessé parmi les djihadistes. Il a précisé que des mesures de sécurité seront maintenues, voire accrues, tandis que de nouvelles mesures seront prises. Plus tôt dans la soirée, les policiers étaient intervenus dans une habitation de la rue du Palais, probablement pour une perquisition. Interrogée sur place par l'agence Belga, la députée fédérale Vanessa Matz (cdH), a précisé que l'action de la police était uniquement fondée sur des écoutes téléphoniques.

Des opérations sont en revanche toujours en cours à Bruxelles, selon le Parquet fédéral. Il n'est cependant pas question d'assaut à Anderlecht, contrairement à ce qu'ont indiqué certains médias, a précisé le Parquet fédéral. Selon la RTBF, plusieurs personnes seraient toujours activement recherchées puisqu'elles ne se trouvaient pas dans les habitations déjà perquisitionnées.

De son côté, le bourgmestre d'Anderlecht Eric Tomas a confirmé qu'il n'y avait eu ni assaut ni fusillade sur le territoire de sa commune. Selon lui, il y a par contre eu une perquisition, menée par la police fédérale, dans un immeuble située rue Lieutenant Liedl mais celle-ci n'a rien donné, a-t-il précisé.

Les enquêteurs des polices judiciaire et scientifique se trouvaient toujours vendredi, à 0h30, sur les lieux de l'assaut donné par la police fédérale à Verviers, où ils sont descendus jeudi soir, a constaté l'agence Belga. D'après le bourgmestre Marc Elsen, le périmètre de sécurité devrait rester d'application encore durant plusieurs heures pour permettre aux enquêteurs de faire leur travail. Les riverains de la rue de la Colline, théâtre de l'assaut de la police fédérale, sont dès lors confinés dans leurs habitations jusqu'à nouvel ordre. Tous les bus circulant dans le centre de Verviers sont rentrés au dépôt jeudi, indique les TEC Liège-Verviers. "Le centre de Verviers est bloqué à toute circulation", précise Laurence Zanchetta, porte-parole des TEC. Seuls les bus 69 et 138 poursuivent leur route jusque Dison.

Verviers: deux suspects sont morts

Une première opération de police liée au terrorisme s'est déroulée jeudi à proximité du centre-ville de Verviers, indique le parquet fédéral. La police fédérale a effectué une opération de grande envergure dans différents endroits de Belgique contre des combattants syriens estimés comme potentiellement dangereux.

L'assaut a été donné par les forces d'intervention de la police fédérale vers 17H45, ont constaté plusieurs témoins sur les lieux. Des policiers sont intervenus dans l'habitation pendant que des tireurs se trouvaient à l'extérieur et surveillaient les toits des maisons. Des coups de feu ainsi que au moins trois explosions ont été entendus. Selon la RTBF, l'attaque aurait pris place à la boulangerie du Croissant d'or.

Assaut à Verviers: "Pour éviter un nouveau Paris"

© Belga

Des opérations terroristes d'envergures sur le territoire belge et ce de manière imminente

A Verviers, les suspects ont ouvert le feu de manière soutenue avec des armes automatiques sur la police selon le parquet fédéral. Deux suspects sont morts. Aucun policier ou témoin n'a été blessés. Les suspects étaient prêts à effectuer des opérations d'envergures sur le territoire belge et ce de manière imminente. D'où l'urgence de l'assaut. L'attaque ne visait pas nécessairement Bruxelles.

Selon plusieurs sources, il s'agirait de trois individus surveillés qui venaient de rentrer de Syrie.

"Pour éviter un nouveau Paris"

Selon De Standaard, les trois hommes étaient déjà surveillés. Ils apparaissaient dans des dossiers de la sécurité de l'État toujours selon ce même journal. Ils étaient revenus de territoires en guerre, probablement la Syrie - et avait prévu une attaque contre un bureau de police. Toujours selon De Standaard, ces hommes planifiaient "un deuxième Paris".

Aussi à Bruxelles

Une dizaine de perquisitions ont eu lieu à Verviers, Bruxelles (on parle de Molenbeek, Bruxelles-ville et Schaerbeek) et Halles-Vilvorde (des sources annoncent Zaventem et Vilvorde).

En revanche, l'homme qui aurait été surpris dans le métro Ribaucourt à Molenbeek en train de crier "Allah Akbar" une arme à la main - et qui a été arrêté depuis - n'aurait rien à voir avec les différentes opérations selon Mme Schepmans, bourgmestre de Molenbeek.

Alerte à la Bombe

Il y aurait eu une alerte à la bombe dans les bâtiments de la police fédérale

Le niveau d'alerte a été relevé

Le niveau d'alerte a été relevé à trois sur quatre pour les forces de police par l'Ocam. Des mesures ont immédiatement été prises par les chefs de corps sur le terrain. La plupart des commissariats bruxellois ont été fermés. Ils n'ont pas été évacués, mais les portes d'accès ont été bouclées. "Le commissariat reste ouvert à la population, mais le sas d'accès n'est plus accessible immédiatement. Il faut désormais sonner pour accéder aux locaux", a expliqué à Belga Vincent De Wolf, le bourgmestre d'Etterbeek. Des barrières nadar seront installées "en carré" devant le commissariat pour éviter tout stationnement d'un véhicule et le niveau d'armement des policiers a été modifié, a-t-il encore remarqué. Les effectifs qui patrouillent sont doublés, mais les policiers qui circulaient seuls, comme ceux de la brigade canine ou les cyclistes, ont été priés de rentrer au commissariat. "Ces mesures ont été décidées en concertation avec le commissaire de la zone. Les chefs de corps prennent eux même les décisions qui s'imposent pour renforcer la protection des policiers", a conclu le bourgmestre d'Etterbeek.

Aucun lien n'a été établi avec les événements survenus en France jusqu'à présent.

Une nouvelle conférence de presse aura lieu vendredi matin à 11 h.

En savoir plus sur:

Nos partenaires