Aquiris dément des rejets d'eaux polluées en Flandre

27/02/12 à 19:19 - Mise à jour à 19:19

Source: Le Vif

Aquiris, en charge de l'exploitation de la centrale d'épuration-nord de Bruxelles, a catégoriquement contesté ce lundi les informations selon lesquelles elle déverserait encore des quantités importantes d'eaux polluées en Flandre.

Aquiris dément des rejets d'eaux polluées en Flandre

© Belga

Les représentants de la direction d'Aquiris avaient invité la presse ce lundi après-midi, à la suite de la diffusion d'informations selon lesquelles une faille dans le contrat permet à Aquiris de se soustraire aux normes de rejet européennes 20% du temps, sans encourir de pénalités. Selon la direction d'Aquiris, ces informations sont inexactes.

Le contrat permet effectivement à Aquiris de ne pas respecter les normes de rejet européenne durant 40% du temps - en gros, celui durant lequel les niveaux de pollution du cahier des charges sont dépassés -, mais la filiale bruxelloise de Veolia n'en fait pas usage. Grâce à des investissements réalisés depuis 2010 (37 millions d'euros), elle va même au-delà des obligations européennes de purification de 95% des eaux usées, atteignant le seuil des 98%.

La station sera dépassée en 2015

Les responsables d'Aquiris ont par ailleurs souhaité l'ouverture de négociations pour préparer l'avenir car cette unité de dépollution, pionnière dans le traitement à grande échelle d'eaux usées via la technique de traitement par "voies humides", a été conçue dans les années '90, sans tenir compte à l'époque du boum démographique en cours dans la capitale.

Conçue pour traiter les eaux usées d'un équivalent de 1,1 million d'habitants, la station doit faire face à l'apport d'eaux usées de 1,250 millions d'habitants et les projections prévoient une progression des chiffres de la population de 20% à l'horizon 2020, selon la direction.

La station pourra encaisser le dépassement jusqu'en 2015, moyennant quelques adaptations, mais pour l'avenir, une négociation avec la Région s'impose, a fait valoir la direction d'Aquiris, demandeuse d'une concertation sereine avec les autorités publiques bruxelloises.

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires