Eddy Eerdekens
Opinion

18/02/14 à 15:40 - Mise à jour à 15:40

Alain Destexhe : l'impudence d'un sniper politique

Comment un parlementaire bruxellois trouve une brèche médiatique pour son théâtre d'amateur et joue hors de sa catégorie lorsqu'il se trouve sous les feux des projecteurs.

Alain Destexhe : l'impudence d'un sniper politique

© VIER

Si ce sont les politiques wallons qui déterminent le niveau de la campagne électorale du 25 mai 2014, les temps seront durs. C'est en tous cas ce que l'on peut conclure à la suite du cirque médiatique provoqué par le parlementaire Alain Destexhe (MR) dans les médias autour du dos nu du premier ministre Elio Di Rupo. C'était d'une trivialité et d'une double morale hypocrite jamais vue en Belgique ou à l'étranger. Croyez-vous vraiment qu'un politique libéral manque de faire un infarctus en voyant le dos d'un de ses condisciples, même si c'est par hasard celui du premier ministre de notre pays ?

Le numéro exécuté par Alain Destexhe pour l'émission Terzake était à la fois pitoyable et ridicule. Le journaliste de service lui avait demandé de regarder une seconde fois la bande-annonce de l'émission de Vier "Kroost" devant la caméra. La vidéo montre une image d'Elio Di Rupo en train de changer de chemise, ce qui fait qu'on aperçoit une partie de son dos nu pendant un bref instant.

Plus tôt dans la journée, Destexhe avait déclaré qu'il avait honte pour la Belgique. Pas croyable! En lui permettant de nous fournir une prestation qui le ferait exclure d'un théâtre aux abois, Terzake lui a surtout donné la possibilité de réitérer son indignation.
Destexhe a commencé sa performance par un secouement de tête au photogénisme calculé suivi par un soupir digne de quelqu'un qui venait de voir sa maison réduite en cendres. "Pour moi, c'est une image qui n'est pas digne. C'est hallucinant".

Comme s'il réalisait subitement qu'à deux ses propos auraient plus de poids, il appelle un collaborateur. "Venez voir. Regardez. Hop, incroyable ! Franchement, et ça, c'est notre premier ministre ! Oui, on a gagné avec ça". Alors que la Flandre a cru que toute la Wallonie était sincèrement choquée par le dos nu d'Elio Di Rupo, Alain Gerlache, spécialiste en médias pour la RTBF vient nuancer cette représentation dans le même Terzake. "Je n'ai compté que trois personnes qui ont réagi (l'une d'entre elles était une journaliste du Soir, NDLR). Destexhe est un sniper politique qui tire sur tout ce qui bouge. Je ne pense pas qu'il ait le même poids politique que Di Rupo. Ce ne sera sûrement pas négatif pour Di Rupo".

Elio Di Rupo était déjà apparu habillé d'un minuscule maillot de bain rouge lors de l'ouverture de la piscine de Mons. Curieusement, le sénateur Destexhe n'avait alors pas soulevé la moindre objection. L'explication réside sans doute dans le timing. La piscine de Mons n'a pas été ouverte pendant une campagne électorale.

L'indignation affichée par Destexhe est d'autant plus étonnante qu'une photo de lui en maillot de bain circule sur internet. Cependant, le politique pratique une double morale quand il s'agit de lui puisqu'il se défend de n'avoir "aucun problème avec ça. Je ne suis pas Premier ministre". Si Destexhe croit vraiment que se montrer partiellement déshabillé est "hallucinant", pour lui un premier ministre doit l'éviter à tout prix alors qu'un parlementaire bruxellois et ancien sénateur peut lui se vautrer dans cette hallucination.

Bien évidemment, Destexhe n'est pas vraiment choqué par le dos d'Elio Di Rupo. Ce serait un comble pour un homme adulte en pleine possession de ses capacités intellectuelles. Il est juste en mission "seek and destroy". Il a essayé de porter atteinte à Elio Di Rupo à peu de frais. Et il a trouvé une tribune.

Plus on exprime son indignation, plus on court le risque de plonger le public dans un sentiment de malaise. Si tout ça n'avait pas eu lieu de façon aussi bête et transparente, on pourrait penser aux spots de télévision américains où les candidats sortent sans vergogne les pires bassesses sur leurs concurrents. Et même si on se place à ce niveau, la réaction de Destexhe manque de style.

Le plus choquant dans toute cette histoire, c'est le fait que toute la classe politique wallonne ne se soit pas levée d'un seul geste pour remettre Destexhe à sa place. Si le niveau de la campagne électorale doit se maintenir au niveau d'hier, alors les temps risquent d'être durs pour les trois prochains mois.

Et si l'émission "Kroost" sur Elio Di Rupo réalise une très bonne audience, ce qui sera probablement le cas, la chaîne Vier pourra envoyer un gâteau à Alain Destexhe pour le remercier. Ou un nouveau maillot de bain évidemment.

Nos partenaires