Banque du Vatican - Des cardinaux ont couvert des abus, accuse le prélat arrêté pour malversations financières

25/07/13 à 15:48 - Mise à jour à 15:48

Source: Le Vif

(Belga) Mgr Nunzio Scarano, le prélat du Vatican arrêté pour malversations financières, a accusé jeudi des cardinaux d'avoir couvert des "abus" financiers commis par ses "supérieurs laïcs" au Vatican, dans une lettre adressée au Pape François.

Banque du Vatican - Des cardinaux ont couvert des abus, accuse le prélat arrêté pour malversations financières

"Les documents en ma possession sont autant de preuves de mon honnêteté et des batailles que j'ai menées contre les abus de mes supérieurs laïcs couverts par certains cardinaux", écrit Mgr Scarano dans le courrier adressé au Pape François et cité par l'agence ANSA. Le prélat, arrêté le 28 juin par la police italienne et soupçonné d'avoir servi d'intermédiaire pour des virements suspects à travers la banque du Vatican (IOR), rejette toute responsabilité sur la direction de la banque. Le prélat salernitain précise que les opérations bancaires qu'il a effectuées à l'IOR, l'ont toujours été "sur les conseils de la direction" et de "ces messieurs les dirigeants". L'ex-chef de la comptabilité de l'APSA, (l'agence qui gère le patrimoine du Vatican) assure être en possession de documents prouvant sa bonne foi et demande à pouvoir les "remettre" au Pape en personne. Il avait été suspendu de ses fonctions au sein du Vatican un mois avant son arrestation. Selon la police, il masquait "le bénéficiaire réel des opérations (effectuées à travers des comptes qu'il contrôlait, ndlr) et il entravait la traçabilité de ces sommes d'argent". Selon les enquêteurs, Mgr Scarano a aussi utilisé des comptes bancaires de l'IOR pour procéder à des virements pour le compte d'amis à lui, notamment pour rapatrier de Suisse 20 millions d'euros issus d'une fraude fiscale pour une famille d'armateurs napolitains. Le pape François a lancé une reprise en main de l'IOR (Institut pour les oeuvres religieuses), banque mêlée dans le passé à plusieurs scandales. Il a institué fin juin une commission formée de quatre religieux et une laïque chargée d'inspecter l'IOR et de proposer une réforme dont les grandes lignes devraient être connues en octobre. (Belga)

Nos partenaires