Ankara et Téhéran se promettent de coopérer pour ramener la "stabilité" au Moyen-Orient

09/06/14 à 14:15 - Mise à jour à 14:15

Source: Le Vif

(Belga) Les présidents turc Abdullah Gül et iranien Hassan Rohani se sont engagés lundi à coopérer pour mettre un terme aux conflits qui agitent le Moyen-Orient, notamment en Syrie où ils s'opposent, afin de ramener la "stabilité" dans la région.

"Nous souhaitons tous les deux faire cesser les souffrances dans la région (...) nous sommes déterminés à y parvenir. Les efforts conjoints de la Turquie et de l'Iran peuvent apporter une contribution importante à cet effort", a déclaré M. Gül lors d'une conférence de presse concluant un entretien avec son homologue iranien. "L'Iran et la Turquie, les deux plus importants pays de la région, sont déterminés à combattre l'extrémisme et le terrorisme", a renchéri M. Rohani. "L'instabilité qui existe dans la région ne sert personne, ni dans la région, ni dans le monde. Nos deux pays ont accepté de travailler ensemble et de faire de leur mieux", a ajouté le chef de l'Etat iranien. Evoquant plus précisément la situation en Syrie et en Egypte, M. Rohani a jugé "important que ces deux pays puissent bénéficier de la stabilité et de la sécurité, que le vote de leurs peuples soit respecté et qu'il soit mis un terme à la guerre, aux effusions de sang et aux tueries entre frères". Ankara et Téhéran s'opposent depuis plus de trois ans sur le conflit syrien. L'Iran est le principal allié régional du régime du président Bachar al-Assad alors que la Turquie a pris fait et cause pour la rébellion qui le combat. Selon l'agence officielle Irna, M. Rohani a envoyé dimanche un message de félicitation à M. Assad "pour sa victoire à la présidentielle" du 3 juin organisée dans les zones contrôlées par le régime, qu'il a remportée sans surprise face à deux candidats inconnus. A l'inverse, le ministère turc des Affaires étrangères a qualifié lundi ce scrutin de "nul et non avenu" et "d'impossible à prendre au sérieux". (Belga)

Nos partenaires