Accord franco-belge sur Dexia: "pas une bonne nouvelle pour le pays"

08/11/12 à 11:30 - Mise à jour à 11:30

Source: Le Vif

(Belga) L'accord intervenu entre la Belgique et la France concernant la recapitalisation de Dexia et le rééquilibrage des garanties d'Etats offertes au groupe "n'est pas une bonne nouvelle" pour le pays, a commenté jeudi le député fédéral Georges Gilkinet (Ecolo).

Accord franco-belge sur Dexia: "pas une bonne nouvelle pour le pays"

"Un peu mieux que +très très mauvais+ reste toujours +très mauvais+", a réagi le député, ancien membre de la commission spéciale Dexia, pointant notamment la diminution, insuffisante à ses yeux, de la part des garanties offertes par la Belgique, lesquelles seront ramenées à 51,41%, contre 60,5% aujourd'hui. "Ces garanties vont toujours bien au-delà des 10% de notre PIB. L'épée de Damoclès pour le pays est donc toujours là en cas de problème futur pour Dexia", a souligné M. Gilkinet, interrogé par Belga. A ses yeux, la clé de répartition de ces garanties aurait dû être revue à l'aune des PIB respectifs de la Belgique et de la France, et ce d'autant que c'est en France, via sa branche française DCL, que Dexia a "eu des comportements aventureux", fait-il valoir. Le député écologiste constate dans la foulée que de l'argent public a une nouvelle fois dû être mobilisé pour le secteur financier, alors que celui-ci n'a toujours pas été réformé, souligne-t-il. Il déplore enfin l'absence de garantie que ce nouveau sauvetage de Dexia -le troisième depuis 2008, ndlr- sera le dernier. "Il n'y a pas de clarté sur les actifs garantis et les risques futurs qui pourraient contraindre les contribuables belges à cracher une nouvelle fois au bassinet" dans deux ou trois ans. (MUA)

Nos partenaires