"C'est inacceptable qu'une manifestation pacifique serve de prétexte à expulser des Afghans, alors qu'ils ne sont pas en sécurité dans leur pays", a estimé Me Van den Broeck. Selon elle, des étrangers d'un des centres fermés auraient été mis à la rue pour libérer de la place pour les Afghans. Le ministère de l'Immigration n'était pas joignable vendredi pour commenter cette information. Les demandeurs d'asiles afghans envoyés dans les centres fermés font partie du groupe des 300 Afghans qui occupaient illégalement un bâtiment désaffecté de la rue du Trône, à Ixelles. Ils ont été évacués jeudi pour que Samusocial puisse débuter les travaux prévus pour garantir l'opérationnalité de ce bâtiment, au début du mois de novembre, pour les personnes sans-abri. (Belga)

"C'est inacceptable qu'une manifestation pacifique serve de prétexte à expulser des Afghans, alors qu'ils ne sont pas en sécurité dans leur pays", a estimé Me Van den Broeck. Selon elle, des étrangers d'un des centres fermés auraient été mis à la rue pour libérer de la place pour les Afghans. Le ministère de l'Immigration n'était pas joignable vendredi pour commenter cette information. Les demandeurs d'asiles afghans envoyés dans les centres fermés font partie du groupe des 300 Afghans qui occupaient illégalement un bâtiment désaffecté de la rue du Trône, à Ixelles. Ils ont été évacués jeudi pour que Samusocial puisse débuter les travaux prévus pour garantir l'opérationnalité de ce bâtiment, au début du mois de novembre, pour les personnes sans-abri. (Belga)