Deux jours après le meurtre d'un homme à deux pas de la Grand-Place de Mons, un autre fait d'agression armée a été rapporté lundi, qui s'est produit durant la nuit du 1er avril dernier non loin du centre de la ville. Un homme sorti d'un bistrot local aurait été pris à partie par des individus. Une altercation s'en serait suivie et une balle aurait été tirée en direction de la victime. Personne n'a été blessé dans l'incident. Le chef de la zone de Police Mons-Quévy, Marc Garin, a confirmé les faits lundi. Il a toutefois tenu à souligner qu'il n'y avait pas d'émergence d'un phénomène criminel attisé par l'attractivité du centre de Mons. "Nous n'y voyons pas de faits réellement générateurs d'insécurité publique. Les faits qui se sont passés le 1er avril et samedi dernier ne sont pas liés et sont la conséquence de phénomènes d'altercations ou de règlement de comptes". (Belga)

Deux jours après le meurtre d'un homme à deux pas de la Grand-Place de Mons, un autre fait d'agression armée a été rapporté lundi, qui s'est produit durant la nuit du 1er avril dernier non loin du centre de la ville. Un homme sorti d'un bistrot local aurait été pris à partie par des individus. Une altercation s'en serait suivie et une balle aurait été tirée en direction de la victime. Personne n'a été blessé dans l'incident. Le chef de la zone de Police Mons-Quévy, Marc Garin, a confirmé les faits lundi. Il a toutefois tenu à souligner qu'il n'y avait pas d'émergence d'un phénomène criminel attisé par l'attractivité du centre de Mons. "Nous n'y voyons pas de faits réellement générateurs d'insécurité publique. Les faits qui se sont passés le 1er avril et samedi dernier ne sont pas liés et sont la conséquence de phénomènes d'altercations ou de règlement de comptes". (Belga)