Près d'un millier de militaires, appartenant essentiellement à la brigade légère de Marche-en-Famenne, participent depuis le 15 mars et jusqu'à jeudi à cet exercice annuel dans le camp de Grafenwöhr - le plus grand du genre en Europe occidentale -, situé dans le sud-est de l'Allemagne. Les deux principales unités concernées sont le 2ème bataillon commando de Flawinne et le 3ème bataillon parachutiste de Tielen (province d'Anvers). Leurs 579 hommes sont appuyés par des artilleurs venus de Brasschaat, des géniaques de Burcht (Anvers), des aviateurs de Beauvechain avec deux hélicoptères Agusta A109, ainsi que les unités d'appui (médicales, de transmission, etc) - soit quelque 400 personnes supplémentaires. Le but est de s'entraîner de manière réaliste aux opérations offensives et défensives, notamment au tir avec des munitions réelles de différents calibres - ce qui est très difficile en Belgique, du fait de la petitesse des terrains militaires - tout en s'entourant d'un maximum de précautions. (MUA)

Près d'un millier de militaires, appartenant essentiellement à la brigade légère de Marche-en-Famenne, participent depuis le 15 mars et jusqu'à jeudi à cet exercice annuel dans le camp de Grafenwöhr - le plus grand du genre en Europe occidentale -, situé dans le sud-est de l'Allemagne. Les deux principales unités concernées sont le 2ème bataillon commando de Flawinne et le 3ème bataillon parachutiste de Tielen (province d'Anvers). Leurs 579 hommes sont appuyés par des artilleurs venus de Brasschaat, des géniaques de Burcht (Anvers), des aviateurs de Beauvechain avec deux hélicoptères Agusta A109, ainsi que les unités d'appui (médicales, de transmission, etc) - soit quelque 400 personnes supplémentaires. Le but est de s'entraîner de manière réaliste aux opérations offensives et défensives, notamment au tir avec des munitions réelles de différents calibres - ce qui est très difficile en Belgique, du fait de la petitesse des terrains militaires - tout en s'entourant d'un maximum de précautions. (MUA)