Les faits remonteraient au 20 mars, selon le parquet. Un détenu aurait été violé par plusieurs autres et aurait tardé à en aviser la direction. "Nous avons été avisés des faits par la direction de la prison via un email reçu le 22 mars 2013 pour des faits qui remonteraient au 20 mars 2013, " a indiqué le porte-parole du parquet de Mons, Dominique Francq. "L'enquête a été initiée dès la réception du courriel, soit le 22 mars et elle est toujours en cours. La victime a apparemment attendu avant de dénoncer les faits. On parle de plusieurs agresseurs et d'un climat de crainte du côté de la victime." Les agressions se seraient produites, selon Sudpresse, dans les douches de la prison et au préau. Du côté de la prison, le directeur Axel Piers confirme avoir avisé le parquet des faits en question. "Nous avons transmis la plainte du détenu agressé avec des noms d'agresseurs. Nous n'avons toutefois aucun élément matériel en notre possession qui laisse supposer que quelque chose s'est passé. C'est d'ailleurs ce que l'enquête devra déterminer", a conclu le directeur de la prison de Mons. La victime présumée a été placée dans une aile sécurisée de la prison et devrait être prochainement transférée dans un autre établissement pénitentiaire. (Belga)

Les faits remonteraient au 20 mars, selon le parquet. Un détenu aurait été violé par plusieurs autres et aurait tardé à en aviser la direction. "Nous avons été avisés des faits par la direction de la prison via un email reçu le 22 mars 2013 pour des faits qui remonteraient au 20 mars 2013, " a indiqué le porte-parole du parquet de Mons, Dominique Francq. "L'enquête a été initiée dès la réception du courriel, soit le 22 mars et elle est toujours en cours. La victime a apparemment attendu avant de dénoncer les faits. On parle de plusieurs agresseurs et d'un climat de crainte du côté de la victime." Les agressions se seraient produites, selon Sudpresse, dans les douches de la prison et au préau. Du côté de la prison, le directeur Axel Piers confirme avoir avisé le parquet des faits en question. "Nous avons transmis la plainte du détenu agressé avec des noms d'agresseurs. Nous n'avons toutefois aucun élément matériel en notre possession qui laisse supposer que quelque chose s'est passé. C'est d'ailleurs ce que l'enquête devra déterminer", a conclu le directeur de la prison de Mons. La victime présumée a été placée dans une aile sécurisée de la prison et devrait être prochainement transférée dans un autre établissement pénitentiaire. (Belga)