Parmi ces parlementaires figure l'ancien ministre de la Culture, Ertugrul Günay, qui a reproché au Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, d'entraver la justice dans l'enquête anti-corruption. Ces trois députés constituent la frange libérale de la formation du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. "Il n'est plus possible de faire entendre quoi que ce soit au parti au pouvoir", a déclaré devant la presse à Ankara M. Günay, qui a accusé son ancien parti d'"arrogance". Malgré ces départs, l'AKP jouit toujours d'une très confortable majorité au Parlement. (Belga)

Parmi ces parlementaires figure l'ancien ministre de la Culture, Ertugrul Günay, qui a reproché au Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, d'entraver la justice dans l'enquête anti-corruption. Ces trois députés constituent la frange libérale de la formation du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. "Il n'est plus possible de faire entendre quoi que ce soit au parti au pouvoir", a déclaré devant la presse à Ankara M. Günay, qui a accusé son ancien parti d'"arrogance". Malgré ces départs, l'AKP jouit toujours d'une très confortable majorité au Parlement. (Belga)