Ennahda a aussitôt affirmé que la rencontre entre son chef et un groupe de jeunes salafistes remontait au mois de février et que ses déclarations avaient été l'objet d'un montage pour les sortir de leur contexte. Rached Ghannouchi y opposait les salafistes, qui "doivent préserver leurs acquis avec sagesse", aux laïcs "qui peuvent rebondir après leur échec" aux élections d'octobre 2011. Il mettait en garde contre la résurgence du Rassemblement constitutionnel démocratique (parti de l'ex-président Ben Ali, dissous en mars 2011), déclarant: "l'armée et la police ne sont pas sûres et les Rcdistes sont de retour". "Je dis à nos jeunes salafistes de patienter (...) pourquoi se précipiter? Prenez votre temps pour capitaliser les acquis", ajoute-t-il, leur conseillant de "créer des télévisions, des radios, des écoles, des universités ..." La vidéo, qui a suscité un début de polémique, a été truquée, a affirmé Ali Larayedh, un dirigeant d'Ennahda, affirmant que le discours du dirigeant islamiste, diffusé auparavant, avait été manipulé avant d'être mis en ligne mercredi par des anonymes sur le net. (MUA)

Ennahda a aussitôt affirmé que la rencontre entre son chef et un groupe de jeunes salafistes remontait au mois de février et que ses déclarations avaient été l'objet d'un montage pour les sortir de leur contexte. Rached Ghannouchi y opposait les salafistes, qui "doivent préserver leurs acquis avec sagesse", aux laïcs "qui peuvent rebondir après leur échec" aux élections d'octobre 2011. Il mettait en garde contre la résurgence du Rassemblement constitutionnel démocratique (parti de l'ex-président Ben Ali, dissous en mars 2011), déclarant: "l'armée et la police ne sont pas sûres et les Rcdistes sont de retour". "Je dis à nos jeunes salafistes de patienter (...) pourquoi se précipiter? Prenez votre temps pour capitaliser les acquis", ajoute-t-il, leur conseillant de "créer des télévisions, des radios, des écoles, des universités ..." La vidéo, qui a suscité un début de polémique, a été truquée, a affirmé Ali Larayedh, un dirigeant d'Ennahda, affirmant que le discours du dirigeant islamiste, diffusé auparavant, avait été manipulé avant d'être mis en ligne mercredi par des anonymes sur le net. (MUA)