La prise d'otage d'un automobiliste le même jour vers l'avenue des Champs-Elysées a également le même auteur, a précisé le procureur. "L'ADN mis en évidence sur les douilles libérées à Libération et à la Société Générale (à la Défense) ainsi que sur la portière passager du véhicule de l'otage est le même. L'hypothèse d'un auteur unique est donc confirmée", a-t-il déclaré. La police recherchait toujours activement mercredi le tireur, comptant pour l'identifier sur la diffusion la veille d'une nouvelle photo, mais aussi sur les analyses d'ADN et les centaines de réponses à l'appel à témoins lancé la veille. La brigade criminelle de la police judiciaire (PJ) avait déjà reçu et pris en compte mardi soir 692 appels, ayant fourni 273 renseignements alors "en cours d'exploitation", selon la police parisienne. Trois personnes, selon la même source, ont été conduites dans des commissariats pour des "vérifications complémentaires". Mais aucun de ces contrôles n'a donné lieu à une garde à vue. Le suspect âgé de 35 à 45 ans, de type européen, est soupçonné d'être aussi l'auteur d'une agression vendredi au siège de la chaîne d'information en continu BFMTV. (Belga)

La prise d'otage d'un automobiliste le même jour vers l'avenue des Champs-Elysées a également le même auteur, a précisé le procureur. "L'ADN mis en évidence sur les douilles libérées à Libération et à la Société Générale (à la Défense) ainsi que sur la portière passager du véhicule de l'otage est le même. L'hypothèse d'un auteur unique est donc confirmée", a-t-il déclaré. La police recherchait toujours activement mercredi le tireur, comptant pour l'identifier sur la diffusion la veille d'une nouvelle photo, mais aussi sur les analyses d'ADN et les centaines de réponses à l'appel à témoins lancé la veille. La brigade criminelle de la police judiciaire (PJ) avait déjà reçu et pris en compte mardi soir 692 appels, ayant fourni 273 renseignements alors "en cours d'exploitation", selon la police parisienne. Trois personnes, selon la même source, ont été conduites dans des commissariats pour des "vérifications complémentaires". Mais aucun de ces contrôles n'a donné lieu à une garde à vue. Le suspect âgé de 35 à 45 ans, de type européen, est soupçonné d'être aussi l'auteur d'une agression vendredi au siège de la chaîne d'information en continu BFMTV. (Belga)