On peut y lire que "notre droit successoral n'est plus adapté à la diversité actuelle des situations familiales, des structures socio-économiques et à la notion de succession telle qu'elle est actuellement perçue". Actuellement, une part de l'héritage de tout citoyen est automatiquement réservée à son ou ses enfant(s). Le fait de pouvoir attribuer des biens à des tiers via une succession est particulièrement limité pour les parents de plusieurs enfants, indique testament.be. L'association souhaite que la réserve des enfants-héritiers puisse être diminuée, selon les propos d'Ann Maelfait, avocate et membre du comité stratégique de testament.be. L'association tenait ce mardi 17 décembre son 3ème Salon du Testament à Bruxelles. Plus de 3.000 visiteurs y ont fait un tour, à la rencontre d'une centaine d'organisations. Selon une enquête, 15 pourcent des Belges ayant établi un testament y ont d'ailleurs intégré une bonne cause. (Belga)

On peut y lire que "notre droit successoral n'est plus adapté à la diversité actuelle des situations familiales, des structures socio-économiques et à la notion de succession telle qu'elle est actuellement perçue". Actuellement, une part de l'héritage de tout citoyen est automatiquement réservée à son ou ses enfant(s). Le fait de pouvoir attribuer des biens à des tiers via une succession est particulièrement limité pour les parents de plusieurs enfants, indique testament.be. L'association souhaite que la réserve des enfants-héritiers puisse être diminuée, selon les propos d'Ann Maelfait, avocate et membre du comité stratégique de testament.be. L'association tenait ce mardi 17 décembre son 3ème Salon du Testament à Bruxelles. Plus de 3.000 visiteurs y ont fait un tour, à la rencontre d'une centaine d'organisations. Selon une enquête, 15 pourcent des Belges ayant établi un testament y ont d'ailleurs intégré une bonne cause. (Belga)