Cet accord est intervenu lors d'une réunion impromptue, tenue sur la base aérienne de Ryad, entre les ministres des Affaires étrangères des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), selon un communiqué de ce groupement régional. Le 5 mars, dans une démarche sans précédent, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rappelé leurs ambassadeurs à Doha, accusant le Qatar de s'ingérer dans leurs affaires et de mener une politique déstabilisatrice dans la région en raison de son soutien à la mouvance islamiste. Les trois pays reprochaient au Qatar de ne pas avoir respecté un engagement pris par ce pays en novembre de ne pas s'ingérer dans les affaires internes de ses voisins et de ne soutenir aucune action menaçant la stabilité de ces pays. Selon le communiqué du CCG, les ministres du groupement régional se sont entendus jeudi soir pour que "la politique d'aucun pays membre n'affecte les intérêts, la sécurité et la stabilité des autres pays" du CCG. (Belga)

Cet accord est intervenu lors d'une réunion impromptue, tenue sur la base aérienne de Ryad, entre les ministres des Affaires étrangères des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), selon un communiqué de ce groupement régional. Le 5 mars, dans une démarche sans précédent, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont rappelé leurs ambassadeurs à Doha, accusant le Qatar de s'ingérer dans leurs affaires et de mener une politique déstabilisatrice dans la région en raison de son soutien à la mouvance islamiste. Les trois pays reprochaient au Qatar de ne pas avoir respecté un engagement pris par ce pays en novembre de ne pas s'ingérer dans les affaires internes de ses voisins et de ne soutenir aucune action menaçant la stabilité de ces pays. Selon le communiqué du CCG, les ministres du groupement régional se sont entendus jeudi soir pour que "la politique d'aucun pays membre n'affecte les intérêts, la sécurité et la stabilité des autres pays" du CCG. (Belga)