Selon Paul Dewil, "d'après les prévisions actuelles", la Dendre et la Senne devraient être les premières à voir leur niveau d'eau augmenter et à nécessiter des interventions. "Mais il suffit que le vent déplace les précipitations 20 ou 30 kilomètres vers le sud pour que la situation soit toute autre", prévient le responsable du centre régional de Wallonie, qui indique que la vigilance vaut pour tout le pays. "Si les prévisions se vérifient quant aux précipitations et qu'il tombe 25-30 litres d'eau par mètre carré, il y aura des débordements localisés", prévoit Paul Dewil. Même si les précipitations sont moins importantes que celles survenues à la Noël, "on repart d'un niveau de rivière bien plus élevé qu'il y a 5 jours". Le centre de crise de Wallonie, qui attend des inondations locales dans la nuit de vendredi à samedi et samedi matin, se charge de tenir les autorités au courant de la situation. "Vu les vents de tempête, la marge d'incertitude sur la localisation géographique des précipitations les plus intenses est assez grande", note la Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques. (Belga)

Selon Paul Dewil, "d'après les prévisions actuelles", la Dendre et la Senne devraient être les premières à voir leur niveau d'eau augmenter et à nécessiter des interventions. "Mais il suffit que le vent déplace les précipitations 20 ou 30 kilomètres vers le sud pour que la situation soit toute autre", prévient le responsable du centre régional de Wallonie, qui indique que la vigilance vaut pour tout le pays. "Si les prévisions se vérifient quant aux précipitations et qu'il tombe 25-30 litres d'eau par mètre carré, il y aura des débordements localisés", prévoit Paul Dewil. Même si les précipitations sont moins importantes que celles survenues à la Noël, "on repart d'un niveau de rivière bien plus élevé qu'il y a 5 jours". Le centre de crise de Wallonie, qui attend des inondations locales dans la nuit de vendredi à samedi et samedi matin, se charge de tenir les autorités au courant de la situation. "Vu les vents de tempête, la marge d'incertitude sur la localisation géographique des précipitations les plus intenses est assez grande", note la Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques. (Belga)