Raphaël Gendron n'avait jamais eu la nationalité belge mais il avait quasiment toujours résidé en Belgique. Ses enfants sont eux de nationalité belge. Le Franco-algérien s'était rendu en Syrie il y a plusieurs mois afin de combattre le régime du président Assad aux côtés des rebelles. Il apportait son expertise en matière informatique aux rebelles, selon Sudpresse. Raphaël Gendron avait été actif au sein du Centre islamique belge (CIB). Il avait été condamné en 2009 à une amende pour incitation à la haine raciale pour une vidéo diffusée sur le site internet du CIB. Soupçonné d'activités terroristes, il avait également passé quatre années en détention en Italie avant d'être libéré en appel. Il était revenu en Belgique en juillet 2012, avant de partir prêter main forte aux rebelles syriens. (Belga)

Raphaël Gendron n'avait jamais eu la nationalité belge mais il avait quasiment toujours résidé en Belgique. Ses enfants sont eux de nationalité belge. Le Franco-algérien s'était rendu en Syrie il y a plusieurs mois afin de combattre le régime du président Assad aux côtés des rebelles. Il apportait son expertise en matière informatique aux rebelles, selon Sudpresse. Raphaël Gendron avait été actif au sein du Centre islamique belge (CIB). Il avait été condamné en 2009 à une amende pour incitation à la haine raciale pour une vidéo diffusée sur le site internet du CIB. Soupçonné d'activités terroristes, il avait également passé quatre années en détention en Italie avant d'être libéré en appel. Il était revenu en Belgique en juillet 2012, avant de partir prêter main forte aux rebelles syriens. (Belga)