"Des centres de santé ont rouvert, de l'eau propre coule à nouveau aux bornes-fontaines des communautés et les enfants ont repris les classes dans des locaux scolaires provisoires", indique le représentant de l'organisation onusienne aux Philippines, M. Abdul Alim. Le chemin à parcourir vers le redressement complet des zones dévastées sera toutefois long. "Le typhon a frappé certaines des régions les plus pauvres du pays, des zones où avant cette catastrophe environ 40% des enfants vivaient déjà dans une grande pauvreté", poursuit-il. "Il pourrait se passer des années avant que certaines communautés ne se relèvent complètement de cette catastrophe. Un nombre considérable de dangers immédiats les menacent encore comme le déclenchement d'épidémies, la perte d'accès à l'enseignement due à la désorganisation du système scolaire, une plus grande vulnérabilité à la violence ou le glissement progressif vers la malnutrition". Le super typhon Haiyan a fait plus de 6.000 morts et détruit des milliers de maisons, d'écoles et de routes dans les régions les plus pauvres des Philippines. Plus de 14,1 millions de personnes ont été touchées par la catastrophe et 4,1 millions d'entre elles ont été déplacées. Ce samedi 8 mars, cela fera quatre mois que le typhon Haiyan s'est abattu sur les Philippines. A la suite de l'appel "Haiyan 21-21" du consortium belge pour les situations d'urgence, dont fait partie UNICEF Belgique, les Belges avaient versé quelque 9,3 millions d'euros pour les victimes du typhon. (Belga)

"Des centres de santé ont rouvert, de l'eau propre coule à nouveau aux bornes-fontaines des communautés et les enfants ont repris les classes dans des locaux scolaires provisoires", indique le représentant de l'organisation onusienne aux Philippines, M. Abdul Alim. Le chemin à parcourir vers le redressement complet des zones dévastées sera toutefois long. "Le typhon a frappé certaines des régions les plus pauvres du pays, des zones où avant cette catastrophe environ 40% des enfants vivaient déjà dans une grande pauvreté", poursuit-il. "Il pourrait se passer des années avant que certaines communautés ne se relèvent complètement de cette catastrophe. Un nombre considérable de dangers immédiats les menacent encore comme le déclenchement d'épidémies, la perte d'accès à l'enseignement due à la désorganisation du système scolaire, une plus grande vulnérabilité à la violence ou le glissement progressif vers la malnutrition". Le super typhon Haiyan a fait plus de 6.000 morts et détruit des milliers de maisons, d'écoles et de routes dans les régions les plus pauvres des Philippines. Plus de 14,1 millions de personnes ont été touchées par la catastrophe et 4,1 millions d'entre elles ont été déplacées. Ce samedi 8 mars, cela fera quatre mois que le typhon Haiyan s'est abattu sur les Philippines. A la suite de l'appel "Haiyan 21-21" du consortium belge pour les situations d'urgence, dont fait partie UNICEF Belgique, les Belges avaient versé quelque 9,3 millions d'euros pour les victimes du typhon. (Belga)