Ces sanctions ont "sévèrement affecté" l'importation de produits pharmaceutiques et d'équipements médicaux destinés au traitement de maladies graves, comme les cancers, les scléroses multiples ou les insuffisances rénales, a affirmé Fatemeh Hachemi, responsable de la Fondation pour les maladies graves qui touchent selon elle quelque 6 millions d'Iraniens. Si les sanctions occidentales ne concernent pas la vente à l'Iran de médicaments et d'équipements médicaux, l'embargo bancaire a compliqué leur importation et multiplié leur coût, aboutissant à des "pénuries" dans certains domaines, a-t-elle indiqué. C'est la première fois qu'un responsable iranien évoque l'ampleur de l'impact des sanctions occidentales sur la santé publique en Iran. Jusqu'à l'été dernier, la ligne officielle du régime considérait que les sanctions n'avaient qu'un effet minime sur le pays et les rares allusions des médias sur leur impact sanitaire évoquaient surtout une hausse du prix des médicaments. "Les prix des médicaments produits localement ont augmenté de 15 à 20% au cours des trois derniers mois, et ceux des produits importés de 20% à 80%", notait la semaine dernière le responsable d'une entreprise pharmaceutique iranienne, Mohammad Hossein Hariri, cité par l'agence Isna. "Nous risquons une crise de médicaments dans un futur proche si les dirigeants ne s'attaquent pas à ce problème", avait-il averti. (PVO)

Ces sanctions ont "sévèrement affecté" l'importation de produits pharmaceutiques et d'équipements médicaux destinés au traitement de maladies graves, comme les cancers, les scléroses multiples ou les insuffisances rénales, a affirmé Fatemeh Hachemi, responsable de la Fondation pour les maladies graves qui touchent selon elle quelque 6 millions d'Iraniens. Si les sanctions occidentales ne concernent pas la vente à l'Iran de médicaments et d'équipements médicaux, l'embargo bancaire a compliqué leur importation et multiplié leur coût, aboutissant à des "pénuries" dans certains domaines, a-t-elle indiqué. C'est la première fois qu'un responsable iranien évoque l'ampleur de l'impact des sanctions occidentales sur la santé publique en Iran. Jusqu'à l'été dernier, la ligne officielle du régime considérait que les sanctions n'avaient qu'un effet minime sur le pays et les rares allusions des médias sur leur impact sanitaire évoquaient surtout une hausse du prix des médicaments. "Les prix des médicaments produits localement ont augmenté de 15 à 20% au cours des trois derniers mois, et ceux des produits importés de 20% à 80%", notait la semaine dernière le responsable d'une entreprise pharmaceutique iranienne, Mohammad Hossein Hariri, cité par l'agence Isna. "Nous risquons une crise de médicaments dans un futur proche si les dirigeants ne s'attaquent pas à ce problème", avait-il averti. (PVO)