M. Valls a mis en cause des militants d'extrême droite qui ont lancé des boulons sur les forces de l'ordre, dont le comportement a été "maîtrisé et professionnel", a-t-il assuré. Le ministre a ajouté qu'une trentaine de policiers et de gendarmes mobiles ont été "légèrement blessés". "Il y avait une volonté de certains d'en découdre", a assuré M. Valls "car des groupes ont essayé de forcer les barrages" tenus par les CRS et les gendarmes mobiles pour interdire aux manifestants l'accès des Champs-Elysées. Il a par ailleurs affirmé qu'il n'y avait pas eu de tirs de grenades lacrymogènes sur les manifestants. Les forces de l'ordre ont utilisé, comme l'ont constaté les journalistes, des diffuseurs de gaz lacrymogène à main. M. Valls a refusé de présenter des excuses comme l'ont demandé des représentants de la droite. La manifestation des opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a rassemblé dimanche entre 300.000 (selon la police) et 1,4 million de personnes (selon les organisateurs). Déjà voté par les députés à l'Assemblée nationale, le texte sera examiné au Sénat à partir du 4 avril. (FEJ)

M. Valls a mis en cause des militants d'extrême droite qui ont lancé des boulons sur les forces de l'ordre, dont le comportement a été "maîtrisé et professionnel", a-t-il assuré. Le ministre a ajouté qu'une trentaine de policiers et de gendarmes mobiles ont été "légèrement blessés". "Il y avait une volonté de certains d'en découdre", a assuré M. Valls "car des groupes ont essayé de forcer les barrages" tenus par les CRS et les gendarmes mobiles pour interdire aux manifestants l'accès des Champs-Elysées. Il a par ailleurs affirmé qu'il n'y avait pas eu de tirs de grenades lacrymogènes sur les manifestants. Les forces de l'ordre ont utilisé, comme l'ont constaté les journalistes, des diffuseurs de gaz lacrymogène à main. M. Valls a refusé de présenter des excuses comme l'ont demandé des représentants de la droite. La manifestation des opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels a rassemblé dimanche entre 300.000 (selon la police) et 1,4 million de personnes (selon les organisateurs). Déjà voté par les députés à l'Assemblée nationale, le texte sera examiné au Sénat à partir du 4 avril. (FEJ)