Les archéologues ont été stupéfaits de découvrir une vingtaine de puits géants formant un cercle près du célèbre site de Stonehenge, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Selon eux, il s'agit de la plus grande structure préhistorique jamais découverte en Grande-Bretagne.
...

Les archéologues ont été stupéfaits de découvrir une vingtaine de puits géants formant un cercle près du célèbre site de Stonehenge, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Selon eux, il s'agit de la plus grande structure préhistorique jamais découverte en Grande-Bretagne.Il y a 4500 ans, les peuples du néolithique qui ont construit Stonehenge ont également creusé une série de puits alignés pour former un cercle de 2 km de diamètre. La structure semble avoir été une frontière guidant les gens vers une zone sacrée, car Durrington Walls, l'un des plus grands monuments du site, se trouve précisément en son centre. Le site est situé à 3 km au nord-est de Stonehenge, dans la plaine de Salisbury, dans le Wiltshire.Le professeur Vincent Gaffney, un des principaux archéologues du projet, a déclaré : "C'est une découverte sans précédent d'une importance majeure au Royaume-Uni. Les principaux chercheurs de Stonehenge ont été surpris par l'ampleur de la structure et du fait qu'elle n'avait pas été découverte jusqu'à présent si près de Stonehenge".Cette découverte, baptisée Durrington Shafts, est d'autant plus extraordinaire qu'elle offre la première preuve que les premiers habitants de la Grande-Bretagne, principalement des communautés agricoles, avaient développé un moyen de compter. Construire quelque chose de cette taille avec un positionnement aussi précis n'a pu se faire qu'en comptant des centaines de pas, selon les archéologues.Les puits sont très grands : chacun fait plus de 5 mètres de profondeur et 10 mètres de diamètre. Jusque-là, une vingtaine de puits ont été découverts et il est possible qu'il y en ait plus de 30 en tout. Environ 40 % du cercle ne pourra jamais être étudié en raison du développement urbanistique."La taille des puits et du circuit entourant les Durrington Walls est actuellement unique. Elle démontre l'importance de Durrington Walls Henge, la complexité des structures monumentales dans le paysage de Stonehenge, et la capacité et le désir des communautés néolithiques d'enregistrer leurs systèmes de croyances cosmologiques d'une manière et à une échelle que nous n'avions pas imaginés", commente le professeur Vincent Gaffney. "Je ne saurais trop insister sur l'effort qu'a représenté le creusage de si grands puits avec des outils en pierre, en bois et en os".Mais ce sont les mêmes personnes qui ont également construit Stonehenge, en traînant des pierres bleues jusqu'au site depuis le sud-ouest du Pays de Galles, à environ 240 km de là.Un des sites les plus étudiés Comme la région autour de Stonehenge est l'un des paysages archéologiques les plus étudiés au monde, cette découverte est d'autant plus inattendue. Après s'être remplis naturellement pendant des millénaires, les puits ont été considérés comme des puits naturels. Les nouvelles technologies - notamment la prospection géophysique, le radar à pénétration de sol et la magnétométrie - ont montré des anomalies géophysiques et ont révélé leur véritable signification."Nous commençons à voir des choses que nous n'aurions jamais pu voir avec l'archéologie standard, des choses que nous ne pouvions pas imaginer", a déclaré Vincent Gaffney.Le carottage des puits a fourni des dates cruciales au radiocarbone remontant à plus de 4 500 ans, comme Stonehenge et Durrington. La frontière semble également avoir été tracée pour inclure un monument préhistorique antérieur, l'enceinte de la chaussée de Larkhill, construite plus de 1 500 ans avant Durrington.Des silex et des fragments d'os non identifiés ont été récupérés dans les puits, mais les archéologues ne peuvent que spéculer sur la façon dont ces éléments ont été utilisés autrefois.Cette découverte compense l'annulation des célébrations du solstice d'été de cette année à Stonehenge - le 20 juin - en raison de l'interdiction des rassemblements de masse provoquée par Covid-19.