Les chercheurs ont observé la désintégration du boson de Higgs en d'autres particules fondamentales, les quarks b. Ce résultat, obtenu avec le détecteur CMS au laboratoire scientifique du CERN et publié dans la revue Physical Review Letters, est compatible avec l'hypothèse selon laquelle le champ quantique lié au boson de Higgs donne également sa masse au quark b.

Le boson de Higgs se désintègre théoriquement en une paire de quarks b dans 60% des cas mais il était difficile de confirmer ou d'infirmer ce modèle standard, en raison des nombreux autres modes de production des quarks b. Le CERN est finalement parvenu à repérer le mode de désintégration du Higgs après six années de recherches. Les équipes de chercheurs ont en outre mesuré un taux de désintégration qui correspond à la prédiction du modèle standard.

"Les expériences continuent à se concentrer sur la particule de Higgs, qui est souvent considérée comme une porte d'accès à la nouvelle physique", analyse Eckhard Elsen, directeur de la recherche et de l'informatique du CERN. "Il apparaît désormais que les méthodes d'analyse atteignent la précision requise pour l'exploration de la totalité du paysage de la physique, y compris, nous l'espérons, la nouvelle physique qui est restée si bien cachée jusqu'à présent."

Les chercheurs ont observé la désintégration du boson de Higgs en d'autres particules fondamentales, les quarks b. Ce résultat, obtenu avec le détecteur CMS au laboratoire scientifique du CERN et publié dans la revue Physical Review Letters, est compatible avec l'hypothèse selon laquelle le champ quantique lié au boson de Higgs donne également sa masse au quark b. Le boson de Higgs se désintègre théoriquement en une paire de quarks b dans 60% des cas mais il était difficile de confirmer ou d'infirmer ce modèle standard, en raison des nombreux autres modes de production des quarks b. Le CERN est finalement parvenu à repérer le mode de désintégration du Higgs après six années de recherches. Les équipes de chercheurs ont en outre mesuré un taux de désintégration qui correspond à la prédiction du modèle standard. "Les expériences continuent à se concentrer sur la particule de Higgs, qui est souvent considérée comme une porte d'accès à la nouvelle physique", analyse Eckhard Elsen, directeur de la recherche et de l'informatique du CERN. "Il apparaît désormais que les méthodes d'analyse atteignent la précision requise pour l'exploration de la totalité du paysage de la physique, y compris, nous l'espérons, la nouvelle physique qui est restée si bien cachée jusqu'à présent."