Eurofins a développé une méthode pour détecter l'ARN du virus dans les échantillons d'eaux usées. La méthode a ainsi été testée sur des échantillons d'eau provenant d'un hôpital danois où les chercheurs ont retrouvé des traces du virus avant que le premier patient danois ne soit diagnostiqué. La société estime qu'elle peut déjà détecter la présence du virus à partir de 0,02 pc soit quand 2 personnes sur 10.000 sont porteuses.

"Ces résultats sont particulièrement importants pour des communes, des usines, des hôpitaux ou des centres de soins", poursuit le communiqué. "Dans ces endroits, les analyses de l'eau peuvent donner un signal précoce de la présence du virus. De cette façon, des mesures peuvent être prises à temps pour contenir la propagation."

Eurofins a développé une méthode pour détecter l'ARN du virus dans les échantillons d'eaux usées. La méthode a ainsi été testée sur des échantillons d'eau provenant d'un hôpital danois où les chercheurs ont retrouvé des traces du virus avant que le premier patient danois ne soit diagnostiqué. La société estime qu'elle peut déjà détecter la présence du virus à partir de 0,02 pc soit quand 2 personnes sur 10.000 sont porteuses. "Ces résultats sont particulièrement importants pour des communes, des usines, des hôpitaux ou des centres de soins", poursuit le communiqué. "Dans ces endroits, les analyses de l'eau peuvent donner un signal précoce de la présence du virus. De cette façon, des mesures peuvent être prises à temps pour contenir la propagation."