Vendredi 2 juin, Thomas Pesquet reviendra sur la Terre après 196 jours passés à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), où il séjournait en compagnie du Russe Oleg Novitski et de l'Américaine Peggy Whitson. Il s'agissait du premier voyage dans l'espace de l'astronaute français. Lors de son séjour sur l'ISS, il a effectué deux sorties réussies dans l'espace. Il a également réalisé de nombreuses expériences scientifiques, qui étaient prévues dans le programme de sa missi...

Vendredi 2 juin, Thomas Pesquet reviendra sur la Terre après 196 jours passés à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), où il séjournait en compagnie du Russe Oleg Novitski et de l'Américaine Peggy Whitson. Il s'agissait du premier voyage dans l'espace de l'astronaute français. Lors de son séjour sur l'ISS, il a effectué deux sorties réussies dans l'espace. Il a également réalisé de nombreuses expériences scientifiques, qui étaient prévues dans le programme de sa mission. Au niveau relationnel au sein de la Station, tout s'est également bien déroulé. "Thomas s'est très bien entendu avec ses collègues, notamment ceux de la Nasa", souligne Brigitte Godard, son médecin à l'Agence spatiale européenne (ESA). "Ils voulaient tous travailler beaucoup. Non seulement ils arrivaient à faire tout ce qui était prévu au programme, mais ils en redemandaient".L'homme de 39 ans, qui est ingénieur aéronautique et pilote de ligne de formation, a beaucoup fait parler de lui dans les médias et sur les réseaux sociaux durant son séjour. Il a utilisé son temps libre pour de nombreuses interactions avec le public. Cela a notamment pris la forme de jeux sous forme de questions-réponses avec des écoliers ou de partages de ses récits via son blog. Mais ce qui a le plus marqué les esprits, ce sont les nombreuses photos de la Terre (voir en bas de l'article) prises depuis l'espace qui ont ravi ses (très) nombreux followers (553.000 sur Twitter, 378.000 sur Instragram et 1,4 million sur Facebook).Avoir autant de succès sur les réseaux sociaux est réservé à très peu d'astronautes. Ces dernières années, on peut notamment se souvenir de l'Américain Scott Kelly, dont les célèbres clichés ont été repris sur un site de la Nasa, ou encore du Canadien Chris Hadfield qui avait repris en 2013 "Space Oddity" de David Bowie et dont la vidéo a pris la forme d'hommage lors du décès de l'artiste britannique.Le séjour dans l'espace de Thomas Pesquet, comme d'autres avant lui, l'a mené à revoir sa philosophie et son regard sur les choses. "Qui suis-je? Un homme de l'espace? Un astronaute français? Non, un homme", confie-t-il. Il a fallu "toute cette technologie" pour arriver là et "comprendre la simplicité des choses, la Terre, le cosmos et la vie elle-même comme un ensemble. Vu d'ici c'est vraiment difficile de comprendre les frontières, les guerres, la haine".