Entre 1995 et 2019, deux études ont été conduites sur l'impact d'Internet dans notre manière de rencontrer les gens. Les résultats sont indéniables : Internet est notre nouvel entremetteur. Avant son avènement, les rencontres étaient bien plus traditionnelles et localisées. Les hétérosexuels se rencontraient par l'intermédiaire de leurs familles, amis, ou de leur environnement (bars, école, voisinages) et les homosexuels et lesbiennes se rencontraient généralement plus souvent dans les bars. Néanmoins, dans leur étude conduite entre 2012 et 2015, Michael J. Rosenfeld et Reuben J. Thomas indiquent que la popularisation d'Internet a grandement contribué à la modification des moyens traditionnels de rencontre aux États-Unis

Pour alimenter leur étude, les deux scientifiques ont récoltés dans leur rapport How Couples Meet and Stay Together des informations sur plus de 4002 personnes, dont 3009 étaient en couple ou avaient un partenaire. Ils se sont ensuite demandés si Internet était plus efficace pour trouver l'amour contrairement à auparavant et ils ont mis au jour différents paramètres :

- La notion de distance : le rayon de rencontres est beaucoup plus élevé

- La liberté : les individus n'ont aucune contrainte familiale

- L'efficacité des recherches pour les individus qui se trouvent dans "un marché étroit", c'est-à-dire un marché où les demandes sont plus faibles, notamment chez les personnes homosexuelles et les adultes dans la quarantaine.

- Une diminution des moyens de rencontres plus traditionnels.

Les résultats obtenus sont assez surprenants. Chez les hétérosexuels, le taux de rencontres sur Internet est passé de 0% à sa naissance jusqu'à 22% en 2009. A l'époque, il s'agissait du troisième système de rencontre le plus populaire. Jusqu'en 1990, le taux de rencontre par l'intermédiaire de ses amis était de 40%. En 2009, il est descendu à 30%.

Chez les homosexuels, la situation est quelque peu différente. Il y avait très peu de données à leur sujet avant 1995. Les chercheurs estiment que les gays et lesbiennes se rencontraient généralement dans des bars. Ils avaient nettement moins tendance à se confier à leurs familles ou amis. La différence entre le taux de rencontres chez les hétérosexuels et homosexuels est tout de même frappante. Entre l'avènement d'Internet et 2009, les rencontres gay et lesbiennes ont augmenté de 60% sur Internet.

Michael J. Rosenfeld, Reuben J. Thomas et Sonia Hausen ont effectué une nouvelle étude en 2017 qui montre les rencontres en ligne ont continué à augmenter et se encore plus popularisés chez les hétérosexuels au détriment des moyens plus traditionnels. Ils ont établi un rapport sur la base de 3295 personnes issues de tous les milieux.

En 2017, plus de 39% des couples hétérosexuels se sont rencontrés en ligne, contre 65% des couples gays et lesbiens, c'est-à-dire deux-tiers des couples.

Les rencontres en ligne se sont de plus en plus popularisés ces dernières années., Getty Images/iStockphoto
Les rencontres en ligne se sont de plus en plus popularisés ces dernières années. © Getty Images/iStockphoto

Pourquoi les sites/applications de rencontres sont-ils tant prisés ?

- Les sites/applications de rencontres sont des entreprises sans visage.

Les individus peuvent être complètement détachés. Ils n'ont aucune confrontation directe sur le sujet des rencontres, contrairement avec leur famille, amis, collègues. L'éventail de choix est moins limité que dans son cercle de relations et il est donc plus facile de trouver chaussure à son pied (surtout chez les homosexuels dont le "marché" est étroit).

- Les utilisateurs disposent d'une certaine distance avec leur interlocuteur.

- Ils sont maitres de la situation. Si la personne à l'autre bout de l'écran est désagréable, malsaine ou ne nous convient pas, il est possible de la bloquer ou de l'ignorer.

- Internet nous donne accès à des informations plus récentes et plus sures sur les personnes

Grâce aux réseaux, il est plus facile de se renseigner sur nos contacts et d'être plus à la page avec la réalité. La véracité des informations de nos familles sur une potentielle rencontre peut parfois être moins fiable. Les informations pourraient très bien être dépassées.

- L'utilisation de massive du téléphone a favorisé la popularisation des applications de rencontres comme Grindr ou Tinder.

Le rapport explique notamment que le lancement de Grindr en 2009, a notamment" aidé à lancer cette nouvelle phase de rencontre via téléphone."

Internet a eu des effets positifs sur le marché des rencontres. En effet, il a grandement augmenté aux États-Unis. Néanmoins, les chercheurs affirment que nous assistons à une certaine "désintermédiation", c'est-à-dire, la diminution du rôle d'un intermédiaire humain entre deux parties. Le résultat est notamment inhérent à l'avènement d'Internet.

Les chiffres le prouvent : Entre 1995 et 2017, les rencontres par Internet sont passées de 2 à 39% chez les hétérosexuels, et les rencontres par intermédiaires d'amis sont descendues de 33% à 22%.

Deux-tiers des couples homosexuels se sont formés sur Internet

Il est important de noter que les hétérosexuels ont moins tendance à utiliser Internet car ils sont entourés de potentiels célibataires. L'ère d'Internet a surtout bénéficié aux plus petits groupes comme les gays, les lesbiennes et les adultes hétérosexuels dans la quarantaine.

Internet représente un endroit beaucoup plus accueillant pour eux. Ils peuvent rencontrer des gens en toute discrétion. Les bars gays jouent un rôle assez important dans les rencontres mais ils ne permettent de toucher que de petites zones de la communauté.

Thomas Bagnoli

Entre 1995 et 2019, deux études ont été conduites sur l'impact d'Internet dans notre manière de rencontrer les gens. Les résultats sont indéniables : Internet est notre nouvel entremetteur. Avant son avènement, les rencontres étaient bien plus traditionnelles et localisées. Les hétérosexuels se rencontraient par l'intermédiaire de leurs familles, amis, ou de leur environnement (bars, école, voisinages) et les homosexuels et lesbiennes se rencontraient généralement plus souvent dans les bars. Néanmoins, dans leur étude conduite entre 2012 et 2015, Michael J. Rosenfeld et Reuben J. Thomas indiquent que la popularisation d'Internet a grandement contribué à la modification des moyens traditionnels de rencontre aux États-UnisPour alimenter leur étude, les deux scientifiques ont récoltés dans leur rapport How Couples Meet and Stay Together des informations sur plus de 4002 personnes, dont 3009 étaient en couple ou avaient un partenaire. Ils se sont ensuite demandés si Internet était plus efficace pour trouver l'amour contrairement à auparavant et ils ont mis au jour différents paramètres :- La notion de distance : le rayon de rencontres est beaucoup plus élevé- La liberté : les individus n'ont aucune contrainte familiale- L'efficacité des recherches pour les individus qui se trouvent dans "un marché étroit", c'est-à-dire un marché où les demandes sont plus faibles, notamment chez les personnes homosexuelles et les adultes dans la quarantaine. - Une diminution des moyens de rencontres plus traditionnels.Les résultats obtenus sont assez surprenants. Chez les hétérosexuels, le taux de rencontres sur Internet est passé de 0% à sa naissance jusqu'à 22% en 2009. A l'époque, il s'agissait du troisième système de rencontre le plus populaire. Jusqu'en 1990, le taux de rencontre par l'intermédiaire de ses amis était de 40%. En 2009, il est descendu à 30%. Chez les homosexuels, la situation est quelque peu différente. Il y avait très peu de données à leur sujet avant 1995. Les chercheurs estiment que les gays et lesbiennes se rencontraient généralement dans des bars. Ils avaient nettement moins tendance à se confier à leurs familles ou amis. La différence entre le taux de rencontres chez les hétérosexuels et homosexuels est tout de même frappante. Entre l'avènement d'Internet et 2009, les rencontres gay et lesbiennes ont augmenté de 60% sur Internet.Michael J. Rosenfeld, Reuben J. Thomas et Sonia Hausen ont effectué une nouvelle étude en 2017 qui montre les rencontres en ligne ont continué à augmenter et se encore plus popularisés chez les hétérosexuels au détriment des moyens plus traditionnels. Ils ont établi un rapport sur la base de 3295 personnes issues de tous les milieux.En 2017, plus de 39% des couples hétérosexuels se sont rencontrés en ligne, contre 65% des couples gays et lesbiens, c'est-à-dire deux-tiers des couples.Pourquoi les sites/applications de rencontres sont-ils tant prisés ?- Les sites/applications de rencontres sont des entreprises sans visage. Les individus peuvent être complètement détachés. Ils n'ont aucune confrontation directe sur le sujet des rencontres, contrairement avec leur famille, amis, collègues. L'éventail de choix est moins limité que dans son cercle de relations et il est donc plus facile de trouver chaussure à son pied (surtout chez les homosexuels dont le "marché" est étroit).- Les utilisateurs disposent d'une certaine distance avec leur interlocuteur. - Ils sont maitres de la situation. Si la personne à l'autre bout de l'écran est désagréable, malsaine ou ne nous convient pas, il est possible de la bloquer ou de l'ignorer.- Internet nous donne accès à des informations plus récentes et plus sures sur les personnesGrâce aux réseaux, il est plus facile de se renseigner sur nos contacts et d'être plus à la page avec la réalité. La véracité des informations de nos familles sur une potentielle rencontre peut parfois être moins fiable. Les informations pourraient très bien être dépassées.- L'utilisation de massive du téléphone a favorisé la popularisation des applications de rencontres comme Grindr ou Tinder.Le rapport explique notamment que le lancement de Grindr en 2009, a notamment" aidé à lancer cette nouvelle phase de rencontre via téléphone." Internet a eu des effets positifs sur le marché des rencontres. En effet, il a grandement augmenté aux États-Unis. Néanmoins, les chercheurs affirment que nous assistons à une certaine "désintermédiation", c'est-à-dire, la diminution du rôle d'un intermédiaire humain entre deux parties. Le résultat est notamment inhérent à l'avènement d'Internet.Les chiffres le prouvent : Entre 1995 et 2017, les rencontres par Internet sont passées de 2 à 39% chez les hétérosexuels, et les rencontres par intermédiaires d'amis sont descendues de 33% à 22%.Thomas Bagnoli