À la fin d'un article paru dans la grande revue scientifique Nature sur la recherche de la source du coronavirus en Chine, une scientifique lance un bref avertissement : nous devons tenir compte du fait que nous ne trouverons jamais la source. L'idée générale, c'est que le coronavirus a trouvé son origine chez une chauve-souris et que de là, via une station intermédiaire ou non chez une autre espèce animale, il a sauté vers l'homme. La scientifique décrit la recherche de la source comme "la recherche d'une aiguille dans une botte de foin de la taille de l'Asie ou même plus grande".
...

À la fin d'un article paru dans la grande revue scientifique Nature sur la recherche de la source du coronavirus en Chine, une scientifique lance un bref avertissement : nous devons tenir compte du fait que nous ne trouverons jamais la source. L'idée générale, c'est que le coronavirus a trouvé son origine chez une chauve-souris et que de là, via une station intermédiaire ou non chez une autre espèce animale, il a sauté vers l'homme. La scientifique décrit la recherche de la source comme "la recherche d'une aiguille dans une botte de foin de la taille de l'Asie ou même plus grande".La scientifique s'appelle Sophie Gryseels : elle est biologiste et fait partie du groupe de virologie évolutionniste et computationnelle (KU Leuven). Nature l'a contactée parce qu'elle est experte en zoonoses : des maladies qui se transmettent des autres animaux aux humains. Elle a déjà travaillé sur le sida, qui trouve son origine chez les chimpanzés, et sur le virus Ebola, qui proviendrait des chauves-souris frugivores. Elle a également écrit un article avec une série de collègues scientifiques sur les mammifères qui seraient sensibles au coronavirus qui fait actuellement des ravages dans le monde humain.Comment vous est venue l'idée de faire ce tour d'horizon ?Sophie Gryseels : Nous avons reçu une question de l'INBO (Instituut voor Natuur en Bosonderzoek) pour donner des conseils sur le risque associé à la recherche sur les chauves-souris. Les chauves-souris pouvant servir de réservoir pour les coronavirus, on craignait de plus en plus que les chercheurs ne transmettent le coronavirus actuel de l'homme aux espèces de chauves-souris locales. Le virus est bien originaire de Chine et n'a jamais été trouvé ailleurs chez les chauves-souris, mais il existe de nombreux coronavirus et les chauves-souris semblent être des réservoirs appropriés pour lui. Nous devons donc éviter que les chauves-souris ne deviennent porteuses du virus qui provoque actuellement une pandémie.Quelles étaient les conclusions?Nous avons proposé plus ou moins les mêmes mesures que celles qui ont été prises pour empêcher la propagation dans le monde humain : garder les distances et, si ce n'est pas possible, respecter les règles de sécurité. Mais en pratique, les recherches sur le terrain concernant les chauves-souris qui permettent un contact direct avec les animaux ont été arrêtées. Mieux vaut ne pas prendre de risques.Quel est le risque de transmission du virus en cas de contact avec des chauves-souris ?Aucun coronavirus n'a encore été trouvé chez les chauves-souris belges, mais on ne sait jamais tout. Les coronavirus sont un groupe diversifié de virus, vous les trouverez donc toujours si vous les recherchez dans un groupe d'animaux. Dans nos pays voisins, il a été établi qu'une proportion importante de hérissons est porteuse d'un coronavirus des hérissons, mais celui-ci n'a jamais été trouvé chez l'homme, de sorte que les risques qu'il devienne un jour un problème sont minimes.Est-il réaliste que le coronavirus passe de l'humain à une autre espèce animale ?Ce n'est peut-être pas très probable, mais on ne peut pas l'exclure. Les virus peuvent passer d'une espèce à l'autre, y compris les humains. Le risque d'un tel saut est faible, mais il n'est jamais nul. Si vous aviez calculé la probabilité statistique de cette pandémie de coronavirus, vous seriez arrivé à un chiffre très peu élevé. Il en va de même pour la contamination d'autres animaux. Ils doivent pouvoir transmettre leur infection assez rapidement pour permettre au virus de circuler, ce qui n'est pas facile pour les animaux qui mènent une vie solitaire, par exemple. Le risque est donc difficile à estimer, mais les conséquences d'un saut peuvent être importantes, comme nous en faisons tous l'expérience aujourd'hui.Quel animal est le plus susceptible de servir de réservoir au virus actuel ?Le coronavirus utilise une protéine sur nos parois cellulaires pour s'infiltrer dans nos cellules. Il agit comme un verrou pour une clé du virus. Si les animaux ont une serrure similaire, ils peuvent être infectés. Nous allons cartographier cela pour les mammifères de notre pays, en analysant le gène avec les informations sur la serrure. Nous espérons que cela sera fait d'ici la fin de l'année.Quels ont été les résultats de l'étude sur la vulnérabilité des espèces ?La bonne nouvelle, c'est que les souris grises et les rats bruns, qui vivent à proximité des humains, ne sont probablement pas sensibles à notre coronavirus. Les chats peuvent le transmettre. Les mustélidés constituent également un groupe à haut risque. Heureusement, dans les deux cas, ce sont des animaux qui ont généralement peu de contacts avec d'autres animaux, ce qui réduit les risques de propagation du virus - bien que cela puisse être différent pour les chats errants. Des cas de transmission du coronavirus de l'homme aux chats domestiques ont déjà été décrits, mais, à notre connaissance, les animaux ne l'ont pas propagé plus loin.Ne craignez-vous que les gens se débarrassent de leurs chats si cela se sait ?C'est une considération difficile, car il n'est certainement pas nécessaire que les gens se débarrassent de leurs chats. Néanmoins, je pense qu'il est important que ces informations soient diffusées afin que des mesures puissent être prises pour empêcher les chats d'infecter d'autres animaux. Les personnes dont le test de dépistage du coronavirus est positif doivent prendre leur chat en quarantaine avec eux afin qu'il ne puisse pas transmettre l'infection. Les chats réagissent à une infection à peu près de la même manière que les humains : certains n'en souffrent pas du tout, d'autres peuvent en être vraiment malades. Les chiens y sont moins sensibles.Les études montrent que les singes de l'ancien monde sont sensibles au coronavirus, mais que les singes du nouveau monde ne le sont pas ?C'est exact. Les macaques de l'ancien monde peuvent être infectés par le virus. Un des quatre coronavirus communs qui circulent depuis longtemps dans l'humanité a été trouvé chez les chimpanzés à la suite d'une transmission humaine. Mais des études ont montré qu'en Amérique du Sud, les ouistitis présentent quelques mutations dans la serrure de la paroi de leurs cellules, de sorte que la clé du virus ne rentre pas à l'intérieur. Ils peuvent être infectés, mais c'est très difficile et le virus disparaît rapidement de leur corps. Cela s'applique à toutes les espèces auxquelles elles sont apparentées.Avons-nous besoin de mesures pour protéger les gorilles et les chimpanzés d'Afrique centrale contre la contamination par les visiteurs humains ?Les touristes doivent porter des masques s'ils veulent rendre visite à ces animaux. Même nos virus du rhume peuvent causer des problèmes aux singes qui n'en n'ont jamais eu. En outre, une distance d'au moins 8 mètres est recommandée pour les contacts entre les visiteurs humains et les grands singes. Cela devrait être suffisant pour les protéger.Vous avez déclaré dans Nature qu'il y a peu de chances que l'on trouve un jour la source originale du virus en Chine.C'est une question difficile. Il y a beaucoup de virus, corona et autres, qui circulent dans les chauves-souris là-bas. Nous savons que ce coronavirus provient d'une chauve-souris en fer à cheval. Il n'est pas certain qu'il y ait eu une étape intermédiaire à travers un autre animal avant qu'il n'atteigne le monde humain. On a cité les pangolins, mais les coronavirus qu'on y trouve n'ont pas pu fonctionner comme un précurseur du virus chez l'homme - ils en sont trop différents.Une étude révèle que les chauves-souris et les pangolins peuvent dormir dans les mêmes galeries.C'était utile, ne serait-ce que pour montrer comment les choses se font dans la nature. De nombreux virologues n'ont aucune expérience dans ce domaine.Si les pangolins n'étaient pas la station intermédiaire, l'interdiction du commerce de pangolins en Chine et dans d'autres pays asiatiques a-t-elle un sens ?L'interdiction a au moins un sens du point de vue de la protection de la biodiversité, car de nombreux pangolins sont menacés dans leur survie. En outre, il semblerait que l'on trouve plus de coronavirus dans les pangolins commercialisés que dans les pangolins sauvages, ce qui pourrait indiquer qu'ils sont infectés par le commerce - par les commerçants ou par d'autres animaux commercialisés. C'est une situation complexe.Est-il possible d'éviter que des virus provenant d'autres animaux se transmettent à l'homme ?Non, c'est une utopie. Tant que l'homme sera en contact avec des animaux sauvages, le risque de zoonoses subsistera. Partout, on chasse les animaux sauvages, y compris chez nous. Dans certains endroits, ils sont nécessaires comme source de nourriture. Il est donc irréaliste de penser que nous pouvons l'éviter.Un article paru dans Nature a montré que la probabilité d'une zoonose est beaucoup plus élevée dans un environnement artificiel que dans la nature intacte.J'étais d'abord sceptique quand j'ai vu le titre de cet article et je craignais d'y trouver des imperfections statistiques. Mais après l'avoir lu, il s'est avéré être solide. Il montre en fait que ce sont principalement les petits animaux, qui se développent dans des conditions dominées par l'homme, qui transmettent les maladies. Il s'agissait donc moins des personnes qui pénétreraient dans la forêt tropicale et courraient donc un plus grand risque d'être infectées par un porteur inconnu.Finalement, vous, les scientifiques, spéculez-vous parfois sur des scénarios apocalyptiques avec des virus qui constituent une réelle menace pour la survie de l'humanité ?(avec hésitation) Pas vraiment, et si cela se produit un jour, c'est généralement dans la sphère d'une pandémie de grippe. En tout cas, la pandémie de coronavirus est devenue bien pire que je ne le pensais. Apparemment, j'ai surestimé la capacité d'organisation des sociétés occidentales.