Les Mantas alfredi (raie manta des côtes) se réunissent régulièrement aux aires d'alimentation et aux stations de nettoyage. Il est possible qu'ils se retrouvent là uniquement pour manger et pour chercher la sécurité du groupe, mais des chercheurs pensent que les raies mantas se lient d'amitié entre elles. Elles reviennent probablement toujours au même endroit pour rencontre certains congénères. Rob Perryman, biologiste marine à l'Université Macquarie, dit : "Nous ne savons pas encore exactement comment vivent les Mantas, mais nous savons qu'elles interagissent socialement, et ces interactions semblent importantes pour la structure de leurs populations."

null © iStock

Pendant cinq ans Perryman et ses collègues de l'Université Macquarie, de l'Université de Papua et de l'organisation Marine Megafaune Foundation ont observé 500 groupes de Manta alfredi dans l'océan autour de l'Indonésie. L'étude, publiée dans le journal spécialisé Behaviorial Ecology and Sociobiology, décrit la vie sociale d'environ 600 Mantas alfredi. Pour l'observation les chercheurs ont identifié les raies par leurs marques individuelles sur le ventre et ont enregistré où était quelle raie avec quelle autre raie.

Les chercheurs concluent que les poissons plats n'établissent pas seulement des liens sociaux entre eux lorsqu'ils se rencontrent, ils rencontrent des raies spécifiques.

null © Getty Images/iStock

Les scientifiques ont été en mesure d'identifier deux communautés différentes qui sont plus ou moins reliées et qui vivent dans la même région. L'une était principalement composée de femelles, l'autre était un mélange de femelles, de mâles et de jeunes raies. Au sein de ces populations, certaines raies se sont à nouveau rapprochées les unes des autres. Dans les stations de nettoyage, les chercheurs ont rencontré ces groupes à maintes reprises. "En général, les femelles étaient plus fréquemment présentes dans les stations de nettoyage que les mâles, qui étaient plus susceptibles de se trouver dans les stations d'alimentation", écrivent les chercheurs.

Dans les stations de nettoyage surtout, les animaux créent des liens qui durent des semaines ou même des mois. Les femelles en particulier se lient d'amitié et rencontrent régulièrement leurs amies. Des cliques ont également été créées entre les sexes. Les jeunes mantas aimaient aussi traîner ensemble, mais dans une moindre mesure que les adultes.

Les stations de nettoyage pourraient donc être des points de rencontre pour entrer en contact avec d'autres membres de la même espèce - tout comme les humains qui se réunissent au marché, dans les cafés ou les pubs.

D'autres recherches sont nécessaires pour comprendre complètement la vie sociale des raies manta - et aussi pour mieux protéger les poissons. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) les classe sur la liste rouge parmi les espèces "menacées d'extinction". Selon Perryman et son équipe d'étude, les touristes causent de plus en plus de problèmes pour les raies. De plus en plus de bateaux et de plongeurs à proximité de leurs aires d'alimentation et de leurs stations de nettoyage perturbent les raies et pourraient influencer leur comportement.

Greta Pralle