Selon le quotidien, ce sont surtout les directions des maisons de repos privées et centres de soins et de jours qui souhaitent s'agrandir qui sont confrontées à ce problème. Elles risquent de perdre leurs permis et financements car elles n'auront plus en service le nombre minimum d'infirmiers requis. La FOS plaide dès lors pour un élargissement temporaire de cette norme minimale comme mesure d'urgence.

Le secteur est confronté actuellement à un déficit d'au moins 2.000 personnes. Parmi le personnel infirmier diplômé, à peine 9 % choisit ce secteur. La moitié poursuit des études et de nombreux autres infirmiers se dirigent vers les hôpitaux ou des secteurs totalement différents.

Une solution pourrait être d'organiser une formation complémentaire en soins infirmiers dans les écoles.

Le Vif.be, avec Belga

Selon le quotidien, ce sont surtout les directions des maisons de repos privées et centres de soins et de jours qui souhaitent s'agrandir qui sont confrontées à ce problème. Elles risquent de perdre leurs permis et financements car elles n'auront plus en service le nombre minimum d'infirmiers requis. La FOS plaide dès lors pour un élargissement temporaire de cette norme minimale comme mesure d'urgence. Le secteur est confronté actuellement à un déficit d'au moins 2.000 personnes. Parmi le personnel infirmier diplômé, à peine 9 % choisit ce secteur. La moitié poursuit des études et de nombreux autres infirmiers se dirigent vers les hôpitaux ou des secteurs totalement différents. Une solution pourrait être d'organiser une formation complémentaire en soins infirmiers dans les écoles. Le Vif.be, avec Belga