Selon la théorie largement acceptée, le voisinage du Soleil était supposé être rempli de matière noire, une mystérieuse substance invisible que l'on ne peut détecter que de manière indirecte, grâce à la force gravitationnelle qu'elle exerce.

Mais une nouvelle étude, réalisée par une équipe d'astronomes utilisant notamment le télescope MPG/ESO à l'Observatoire de La Silla de l'ESO, au Chili, n'a trouvé aucune preuve de la présence de matière noire dans une zone relativement grande autour du Soleil.

Les astronomes ont cartographié les mouvements de plus de 400 étoiles situées jusqu'à 13.000 années-lumière du Soleil. A partir de ces nouvelles données, ils ont calculé la masse de matière aux alentours du Soleil, dans un volume quatre fois plus grand que ce qui avait été considéré auparavant.

"La quantité de masse que nous avons déduite correspond très bien à ce que nous voyons - les étoiles, la poussière et le gaz- dans la région autour du Soleil", a expliqué le responsable de l'équipe, Christian Moni Bidin (Université de Concepción, Chili).

"Mais cela ne laisse aucune place à la matière supplémentaire -la matière noire- que nous pensions trouver", a-t-il affirmé. "Nos calculs montrent qu'elle aurait dû clairement ressortir dans nos mesures. Mais elle n'est pas là! ", a-t-il ajouté.

Le Vif.be, avec Belga

Selon la théorie largement acceptée, le voisinage du Soleil était supposé être rempli de matière noire, une mystérieuse substance invisible que l'on ne peut détecter que de manière indirecte, grâce à la force gravitationnelle qu'elle exerce. Mais une nouvelle étude, réalisée par une équipe d'astronomes utilisant notamment le télescope MPG/ESO à l'Observatoire de La Silla de l'ESO, au Chili, n'a trouvé aucune preuve de la présence de matière noire dans une zone relativement grande autour du Soleil. Les astronomes ont cartographié les mouvements de plus de 400 étoiles situées jusqu'à 13.000 années-lumière du Soleil. A partir de ces nouvelles données, ils ont calculé la masse de matière aux alentours du Soleil, dans un volume quatre fois plus grand que ce qui avait été considéré auparavant. "La quantité de masse que nous avons déduite correspond très bien à ce que nous voyons - les étoiles, la poussière et le gaz- dans la région autour du Soleil", a expliqué le responsable de l'équipe, Christian Moni Bidin (Université de Concepción, Chili). "Mais cela ne laisse aucune place à la matière supplémentaire -la matière noire- que nous pensions trouver", a-t-il affirmé. "Nos calculs montrent qu'elle aurait dû clairement ressortir dans nos mesures. Mais elle n'est pas là! ", a-t-il ajouté. Le Vif.be, avec Belga