Des chercheurs israéliens sont parvenus à créer une souche de la bactérie E.coli qui, par manipulation génétique, consommerait du CO2 pour produire de l'énergie. Il faut savoir qu'à l'origine, cette bactérie intestinale naturellement présente chez l'être humain se nourrit de sucre et de composés organiques.

Pour modifier le régime alimentaire d'E.coli, les scientifiques ont utilisé la technique de "recâblage métabolique ". Cette technique implique l'ajout de gènes qui permet à la bactérie de consommer du CO2, et inversement, l'élimination des gènes qui traitent en temps normal les composés du sucre.

"D'un point de vue scientifique, nous voulions voir si une transformation aussi importante du régime alimentaire des bactéries - de la dépendance au sucre à la synthèse de toute leur biomasse à partir de CO2 - était possible", a déclaré Shmuel Gleizer, l'un des auteurs l'étude.

Un espoir pour la bioproduction neutre en carbone ?

L'objectif des scientifiques, si ce n'est celui de vérifier la possibilité d'une telle expérience, était de voir dans quelle mesure une adaptation extrême était nécessaire pour modifier l'architecture de l'ADN bactérien.

Ils ont remarqué " une incroyable plasticité du métabolisme bactérien " qui pourrait constituer un cadre pour la future bioproduction neutre en carbone. "Notre objectif principal était de créer une plate-forme scientifique pratique pouvant améliorer la fixation du CO2 (photosynthèse), ce qui pourrait permettre de relever les défis liés à la production durable d'aliments et de combustibles et au réchauffement planétaire causés par les émissions de CO2", a déclaré Ron Milo, un auteur de l'étude.

Transformer le mode de croissance d'une bactérie représente une grande avancée en la matière. D'autant que les étapes nécessaires à la modification génétique de la bactérie se sont avérées moins nombreuses que prévu. "Lorsque nous avons commencé le processus, nous n'avions aucune idée de nos chances de succès, et il n'y avait aucun précédent pour nous guider ou suggérer la faisabilité d'une transformation aussi extrême. En outre, nous étions surpris de constater, à la fin, le nombre relativement réduit de changements génétiques nécessaires pour effectuer cette transition", a déclaré M. Gleizer.

Une limite

L'une des principales limites de cette recherche est que les bactéries libèrent actuellement plus de CO2 qu'elles n'en consomment par photosynthèse. Les prochaines étapes de la recherche consisteront donc à fournir de l'énergie à partir de l'énergie renouvelable pour régler ce problème de rejet de CO2, mais aussi mieux comprendre l'environnement dans lequel cette bactérie peut prospérer.