L'euthanasie de mineurs est une réalité en Belgique, mais elle est illégale. Après l'Open VLD, la sénatrice Christine Defraigne (MR) entend également encadrer légalement cette pratique, même si elle reste trèsmarginale.

Une étude universitaire a en effet démontré en 2009 que des "décisions de fin de vie" de patients mineurs étaient régulièrement prises dans nos hôpitaux, rappelle Le Soir.

Le texte de la sénatrice propose une première ouverture, mais uniquement aux mineurs de minimum 15 ans et dont le décès est attendu à brève échéance. Le médecin doit préalablement s'assurer de la capacité de discernement du mineur concerné et de son état de conscience au moment de la demande qui doit être formulée "de manière volontaire, réfléchie et répétée". Le médecin est également tenu de consulter au moins deux confrères et de s'entretenir avec les parents, avec l'appui d'une équipe pluridisciplinaire.

LeVif.be, avec Belga

L'euthanasie de mineurs est une réalité en Belgique, mais elle est illégale. Après l'Open VLD, la sénatrice Christine Defraigne (MR) entend également encadrer légalement cette pratique, même si elle reste trèsmarginale. Une étude universitaire a en effet démontré en 2009 que des "décisions de fin de vie" de patients mineurs étaient régulièrement prises dans nos hôpitaux, rappelle Le Soir. Le texte de la sénatrice propose une première ouverture, mais uniquement aux mineurs de minimum 15 ans et dont le décès est attendu à brève échéance. Le médecin doit préalablement s'assurer de la capacité de discernement du mineur concerné et de son état de conscience au moment de la demande qui doit être formulée "de manière volontaire, réfléchie et répétée". Le médecin est également tenu de consulter au moins deux confrères et de s'entretenir avec les parents, avec l'appui d'une équipe pluridisciplinaire. LeVif.be, avec Belga