Il existe des tissus "intelligents", dits perspirants qui gardent les athlètes au frais tout en régulant leur transpiration et des tissus qui gardent les marcheurs au chaud. Maintenant, pour la première fois, un matériau a été fabriqué qui peut faire les deux, rapporte De Standaard.

Les chercheurs de l'université du Maryland aux Etats-Unis qui ont développé ce nouveau textile expliquent dans le magazine Science qu'il s'adapte automatiquement à la température corporelle. Ce tissu est capable de réguler automatiquement la quantité de chaleur qui le traverse en fonction des conditions. Min Ouyang, professeur de physique à l'université du Maryland explique : "le corps humain est un radiateur parfait. Il dégage rapidement de la chaleur. Le seul moyen de réguler le radiateur a été d'enlever ou de mettre des vêtements. Mais ce tissu est un véritable régulateur bidirectionnel."

Il isole lorsque la peau est sèche et froide et évacue la chaleur lorsque la peau est chaude et en sueur. Plus besoin d'enlever de couches de vêtements lors d'un entraînement ou pendant une longue promenade ou, à l'inverse, d'enfiler un gros pull quand il fait plus froid au bureau.

Le rayonnement infrarouge, le processus essentiel par lequel le corps libère de la chaleur et est au centre de cette nouvelle technologie. "Il s'agit de la première technologie qui nous permet de réguler de manière dynamique le rayonnement infrarouge", déclare YuHuang Wang, professeur de chimie et biochimie à l'UMD. Ainsi quand vous faites du sport, le tissu "laisse passer la chaleur", les fils se tordent, se déforment. Quand vous avez froid, "la chaleur est piégée", les fibres s'élargissent, ce qui empêche la chaleur de s'échapper.

Les applications de ce genre de tissu sont variées. Il peut par exemple être utile aux personnes âgées ou aux nouveaux nés afin de leur permettre de réguler au mieux leur température corporelle. Le tissu peut être teint, lavé et même tricoté. Des tests sont toujours en cours pour sa commercialisation. D'après ces premiers tests prometteurs, des vêtements dotés de cette technologie pourraient être vendus d'ici deux ans estiment ses inventeurs.