Une nouvelle recherche scientifique semble démontrer que les 'intellos' passent plus de temps à paresser que les autres. Selon cette étude américaine, publiée dans le Journal of Health Psychology, les personnes dotées d'un QI plus élevé s'ennuient moins vite lorsqu'elles ne font rien de particulier, car elles peuvent passer plus de temps plongées dans leurs pensées. Les personnes plus actives, en revanche, semblent avoir besoin de stimuler leur esprit avec des activités externes et plus physiques, soit pour échapper à leurs pensées, soit parce qu'elles s'ennuient rapidement.

Les chercheurs de la Florida Gulf Coast University ont fait passer un test classique à un groupe d'étudiants. Ces derniers ont dû répondre à un questionnaire en déclarant à quel point ils étaient d'accord avec des déclarations telles que "j'apprécie vraiment d'effectuer une tâche qui consiste à venir avec des nouvelles solutions à un problème" ou encore "je réfléchis beaucoup seulement lorsque je dois le faire ".

Les scientifiques ont mené leurs recherches sur 60 personnes : 30 "penseurs" et 30 "non-penseurs". Pendant une semaine, chaque participant portait un bracelet permettant de calculer ses mouvements et son niveau d'activité, donnant ainsi aux chercheurs un flux constant de données sur leur activité physique. Résultat : le groupe de "penseurs" a été bien moins actif que l'autre groupe.

Todd McElroy, meneur de l'étude, a tout de même tenu à mettre en garde contre les impacts négatifs d'un mode de vie trop sédentaire. Il conseille notamment aux personnes les moins actives, quel que soit leur niveau d'intelligence, de penser à augmenter leur niveau d'activité physique général pour améliorer leur santé.

Une nouvelle recherche scientifique semble démontrer que les 'intellos' passent plus de temps à paresser que les autres. Selon cette étude américaine, publiée dans le Journal of Health Psychology, les personnes dotées d'un QI plus élevé s'ennuient moins vite lorsqu'elles ne font rien de particulier, car elles peuvent passer plus de temps plongées dans leurs pensées. Les personnes plus actives, en revanche, semblent avoir besoin de stimuler leur esprit avec des activités externes et plus physiques, soit pour échapper à leurs pensées, soit parce qu'elles s'ennuient rapidement.Les chercheurs de la Florida Gulf Coast University ont fait passer un test classique à un groupe d'étudiants. Ces derniers ont dû répondre à un questionnaire en déclarant à quel point ils étaient d'accord avec des déclarations telles que "j'apprécie vraiment d'effectuer une tâche qui consiste à venir avec des nouvelles solutions à un problème" ou encore "je réfléchis beaucoup seulement lorsque je dois le faire ". Les scientifiques ont mené leurs recherches sur 60 personnes : 30 "penseurs" et 30 "non-penseurs". Pendant une semaine, chaque participant portait un bracelet permettant de calculer ses mouvements et son niveau d'activité, donnant ainsi aux chercheurs un flux constant de données sur leur activité physique. Résultat : le groupe de "penseurs" a été bien moins actif que l'autre groupe.Todd McElroy, meneur de l'étude, a tout de même tenu à mettre en garde contre les impacts négatifs d'un mode de vie trop sédentaire. Il conseille notamment aux personnes les moins actives, quel que soit leur niveau d'intelligence, de penser à augmenter leur niveau d'activité physique général pour améliorer leur santé.