Le rêve reste l'un des aspects les moins bien compris du cerveau. Comme les comptes rendus de rêves après le réveil de la personne ne sont pas fiables, une équipe internationale de chercheurs a essayé de mettre au point un moyen de communiquer avec les rêveurs. Ils ont étudié 36 personnes dans différents pays. Tous ont pu faire des rêves "lucides". Dans un rêve lucide, le rêveur est conscient du fait qu'il est en train de rêver.

Pendant les recherches, les rêveurs ont reçu des signaux lumineux ou sonores ou ont été touchés. Les rêveurs pouvaient y répondre par des mouvements des yeux ou de certains muscles du visage. Ils devaient ainsi effectuer des tâches et des calculs simples ou répondre à des questions par oui ou par non. Au final, six rêveurs ont réussi à communiquer avec les chercheurs à différents moments.

"Nous montrons dans nos recherches que ces rêveurs peuvent entendre et comprendre les questions et sont également capables d'y apporter des réponses", déclare Ken Paller, directeur de recherche à la Northwestern University aux États-Unis.

La communication directe avec les rêveurs ouvre la possibilité de mieux étudier les aspects neuroscientifiques et empiriques des rêves.

Le rêve reste l'un des aspects les moins bien compris du cerveau. Comme les comptes rendus de rêves après le réveil de la personne ne sont pas fiables, une équipe internationale de chercheurs a essayé de mettre au point un moyen de communiquer avec les rêveurs. Ils ont étudié 36 personnes dans différents pays. Tous ont pu faire des rêves "lucides". Dans un rêve lucide, le rêveur est conscient du fait qu'il est en train de rêver. Pendant les recherches, les rêveurs ont reçu des signaux lumineux ou sonores ou ont été touchés. Les rêveurs pouvaient y répondre par des mouvements des yeux ou de certains muscles du visage. Ils devaient ainsi effectuer des tâches et des calculs simples ou répondre à des questions par oui ou par non. Au final, six rêveurs ont réussi à communiquer avec les chercheurs à différents moments. "Nous montrons dans nos recherches que ces rêveurs peuvent entendre et comprendre les questions et sont également capables d'y apporter des réponses", déclare Ken Paller, directeur de recherche à la Northwestern University aux États-Unis. La communication directe avec les rêveurs ouvre la possibilité de mieux étudier les aspects neuroscientifiques et empiriques des rêves.