Le corps, remarquablement bien conservé, appartiendrait à Louise de Quengo, décédée en 1656. L'identification a pu être réalisée, car un ornement en forme de coeur a été retrouvé au pied de la dépouille d'1m45. Il s'agirait une petite boîte métallique contenant le coeur de son mari, le chevalier Toussaint Perrien, décédé en 1649.

INRAP
© INRAP

La découverte a été faite alors que les archéologues étaient en train de fouiller le couvent des Jacobins à Rennes, bientôt transformé en centre de conférence.

Il s'agit d'une découverte exceptionnelle compte tenu de la conservation du corps : sa peau, ses cheveux et son cerveau sont encore en très bon état.

Ses vêtements ont également été épargnés par le temps puisqu' on a retrouvé le corps vêtu d'une tenue de none et portant des chaussures de cuir avec des semelles en liège. Selon les recherches scientifiques, Louise de Quengo serait probablement entrée dans les ordres après le décès de son mari.

Les vêtements de la défunte lui seront prélevés afin d'être exposés et son corps sera lui reconduit pour reposer de nouveau dans le couvent breton.

L.V.

Le corps, remarquablement bien conservé, appartiendrait à Louise de Quengo, décédée en 1656. L'identification a pu être réalisée, car un ornement en forme de coeur a été retrouvé au pied de la dépouille d'1m45. Il s'agirait une petite boîte métallique contenant le coeur de son mari, le chevalier Toussaint Perrien, décédé en 1649.La découverte a été faite alors que les archéologues étaient en train de fouiller le couvent des Jacobins à Rennes, bientôt transformé en centre de conférence.Il s'agit d'une découverte exceptionnelle compte tenu de la conservation du corps : sa peau, ses cheveux et son cerveau sont encore en très bon état.Ses vêtements ont également été épargnés par le temps puisqu' on a retrouvé le corps vêtu d'une tenue de none et portant des chaussures de cuir avec des semelles en liège. Selon les recherches scientifiques, Louise de Quengo serait probablement entrée dans les ordres après le décès de son mari.Les vêtements de la défunte lui seront prélevés afin d'être exposés et son corps sera lui reconduit pour reposer de nouveau dans le couvent breton.L.V.