Si on compare avec les années soixante, les mères de famille passeraient plus de temps devant un écran et dans leur voiture qu'à faire du ménage et de l'exercice physique.

Selon le rapport, en 2010, les mères avec des enfants âgés de 5 à 18 ans consacraient 20,9 heures par semaine en moyenne aux activités physiques alors qu'en 1965, elles y passaient 11 heures de plus. Quant aux mères d'enfants de moins de cinq ans, elles dédiaient 29,7 heures par semaine au ménage et au sport en 2010, une baisse de près de 14 heures par rapport à 1965.

Par activité physique, les scientifiques entendent le ménage, les jeux avec les enfants et le sport.

Selon les chercheurs, cette baisse d'activité est due au progrès technologique. Ainsi, dans les années soixante, la plupart des familles ne possédaient ni lave-vaisselle, ni machine à laver ou sèche-linge. Les scientifiques soulignent le caractère inquiétant de cette évolution. L'inactivité physique favoriserait en effet l'apparition de maladies chroniques telles que le diabète et l'obésité.

Si on compare avec les années soixante, les mères de famille passeraient plus de temps devant un écran et dans leur voiture qu'à faire du ménage et de l'exercice physique. Selon le rapport, en 2010, les mères avec des enfants âgés de 5 à 18 ans consacraient 20,9 heures par semaine en moyenne aux activités physiques alors qu'en 1965, elles y passaient 11 heures de plus. Quant aux mères d'enfants de moins de cinq ans, elles dédiaient 29,7 heures par semaine au ménage et au sport en 2010, une baisse de près de 14 heures par rapport à 1965. Par activité physique, les scientifiques entendent le ménage, les jeux avec les enfants et le sport. Selon les chercheurs, cette baisse d'activité est due au progrès technologique. Ainsi, dans les années soixante, la plupart des familles ne possédaient ni lave-vaisselle, ni machine à laver ou sèche-linge. Les scientifiques soulignent le caractère inquiétant de cette évolution. L'inactivité physique favoriserait en effet l'apparition de maladies chroniques telles que le diabète et l'obésité.