Les personnes totalement immunisées peuvent encore être infectées par le coronavirus. Et le phénomène se produit de plus en plus souvent. Heureusement, la grande majorité d'entre elles n'ont pas de symptômes, mais une petite minorité tombe malade, avec pour principaux symptômes des maux de tête, un écoulement nasal, des éternuements, des maux de gorge et une perte d'odorat. Aux États-Unis, chaque semaine environ 35 000 des 162 millions de personnes vaccinées développent des symptômes après une infection au coronavirus.
...

Les personnes totalement immunisées peuvent encore être infectées par le coronavirus. Et le phénomène se produit de plus en plus souvent. Heureusement, la grande majorité d'entre elles n'ont pas de symptômes, mais une petite minorité tombe malade, avec pour principaux symptômes des maux de tête, un écoulement nasal, des éternuements, des maux de gorge et une perte d'odorat. Aux États-Unis, chaque semaine environ 35 000 des 162 millions de personnes vaccinées développent des symptômes après une infection au coronavirus.Une petite minorité (en Belgique, elle représente 2,3 % des patients) se retrouve à l'hôpital (bien que l'hospitalisation puisse également être liée à d'autres troubles) ou souffre d'un long covid, un syndrome que nous connaissons encore très peu. Le décès de douze résidents doublement vaccinés d'un centre de soins résidentiels à Nivelles a également eu l'effet d'une bombe.Quelle est la cause de ces infections dites "percées" ? Et à quel point sont-elles surprenantes ? Tout d'abord, les vaccins contre le coronavirus fonctionnent bel et bien, mais ils ne constituent pas un bouclier d'or. Ils sont faits pour nous garder en vie et hors de l'hôpital. Le problème, c'est que les vaccins ont toujours été présentés comme des "remèdes miracles". Dans toute notre euphorie, nous avons oublié qu'un vaccin n'offre jamais une protection à 100% contre l'infection. Ce que les vaccins corona promettent et réalisent, c'est que les symptômes sont presque toujours moins graves et que l'on guérit plus rapidement.Toutefois, les personnes dont le système immunitaire fonctionne moins bien, continuent parfois à courir un risque considérable après une vaccination complète. Ainsi, certains patients atteints de cancer produisent moins d'anticorps après deux doses d'un vaccin corona que les personnes en bonne santé. En outre, il s'avère que les vaccins d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson sont légèrement moins efficaces que ceux de Pfizer et de Moderna. Les recherches menées par le Service de santé coréen montrent que le vaccin de Johnson est responsable de la plupart des infections percées.L'incertitude règne à nouveauPlus il y a de vaccinés, plus il y a de cas d'infections percées. Néanmoins, les scientifiques sont quelque peu surpris par la fréquence des infections parmi les personnes doublement vaccinées. C'est évidemment lié au variant delta, qui est beaucoup plus contagieux. Une étude parue dans Nature révèle que les personnes atteintes de la souche delta présentent une charge virale d'environ 1 260 fois supérieure à celle des personnes atteintes de la souche originale et qu'elles sont plus contagieuses dans le passé. Dans un document interne, le service de santé américain CDC qualifie même le variant delta du coronavirus d'aussi contagieux que la varicelle. Les pourcentages de protection des vaccins qui valaient pour les variants précédents du coronavirus ne s'appliquent donc plus au variant delta.L'évolution de nos comportements contribue également à l'augmentation des infections percées. Avec l'été et les vacances, nous avons tendance à interpréter les règles de manière plus souple. Beaucoup ont également été surpris de voir un stade de Wembley plein lors de la finale du championnat européen de football. En outre, une proportion importante de la population n'est toujours pas vaccinée, ce qui donne libre cours au virus même parmi les personnes vaccinées.Les symptômes étant beaucoup plus légers, les personnes vaccinées ne doivent pas s'inquiéter. La question essentielle est toutefois la suivante : "Quelle est la probabilité que les personnes vaccinées dont le test est positif transmettent le virus à d'autres personnes ?". Il s'avère que les personnes vaccinées qui sont infectées ont autant de particules virales dans leur nez et leur gorge que les personnes non vaccinées. C'est important au niveau de la population, car lorsqu'un groupe de personnes vaccinées transmet le virus, nous sommes à nouveau confrontés à une importante source d'infection qui n'avait pas été prise en compte au départ. De plus, si le virus peut continuer à se répliquer, le risque de variantes augmente. Au niveau individuel, ce ne serait pas non plus une bonne chose, car le virus peut être transmis à un proche qui n'a pas été vacciné pour des raisons médicales.Qu'est-ce que cela signifie pour la pandémie ?Les infections percées constituent une nouvelle source d'inquiétude. Au départ, on pensait qu'il y aurait une petite vague à l'automne, surtout chez les personnes non infectées. Mais nous constatons déjà que le nombre d'infections augmente déjà. Cela signifie que la pandémie n'est pas encore terminée. Mais grâce à la couverture vaccinale, nous ne verrons pas une vague comme celle de mars 2020. Il est donc important de vacciner le plus grand nombre de personnes possible afin que le virus se propage moins facilement.Cependant, les mesures liées au coronavirus pourraient être maintenues plus longtemps, même pour les personnes totalement vaccinées, comme la distanciation sociale, l'organisation d'activités à l'extérieur autant que possible, le port du masque et la ventilation. Ainsi, aux États-Unis, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies souhaite que les personnes entièrement vaccinées recommencent à porter le masque dans les zones à forte concentration d'infections au coronavirus, une mesure qui pourrait être difficile à accepter pour beaucoup de personnes vaccinées.Une troisième injection offrirait-elle une solution contre les infections percées ? Certains experts le pensent, d'autres estiment qu'il est trop tôt pour se prononcer. Certains suggèrent d'administrer une injection de rappel avec un vaccin à ARNm aux personnes vaccinées par AstraZeneca et Johnson & Jonhson. Et les personnes au système immunitaire faible seraient mieux protégées contre le variant delta par une troisième injection à l'automne. Aussi parce qu'il semble que le vaccin Pfizer par exemple perd en efficacité quelques mois après son administration. Selon les études en cours, la protection contre l'infection après quatre à six mois est encore de 84 %, contre 95 % au départ.En bref, l'efficacité des vaccins corona n'a jamais été de 100 %, et nous ne pouvons pas attendre à ce qu'elle le soit.