Antidote a été lancé par une équipe de linguistes et d'informaticiens il y a près de vingt ans. Correcteur orthographique, dictionnaire de synonymes et d'expressions, traducteur français/anglais... Le logiciel est un concentré d'outils destiné à peaufiner sa plume. Il sort aujourd'hui dans sa dixième version, avec un nouveau paramètre bien d'actualité : le mode "inclusivité".

"Ce bouton nous a été réclamé par les utilisateurs des deux côtés de l'Atlantique", développe Éric Brunelle, président de la société québécoise éditrice Druide. "Il s'agit de représenter équitablement les deux genres linguistiques dans un texte, sans rendre celui-ci trop lourd." Concrètement, Antidote pointe dans la page les termes pouvant être remplacés par un mot épicène, c'est-à-dire non genré. Par exemple, au lieu de parler des "enseignants", le logiciel corrigera par "le corps enseignant".

Dans sa dernière version, le logiciel Antidote propose un mode "inclusivité"., Druide
Dans sa dernière version, le logiciel Antidote propose un mode "inclusivité". © Druide

L'équité en toute légèreté

Pour autant, le logiciel n'applique pas une inclusion aussi stricte que la mise à jour Word d'octobre dernier, relevée par Canard PC magazine. Avec Antidote, pas d'accord de proximité, de doublets systématiques ("les enseignantes et les enseignants") ou de points médians (le fameux "·e"). "Tout ça est trop lourd, je n'ai jamais réussi à m'y faire", avoue Éric Brunelle. "Nous nous sommes concentrés sur l'épicénisation, l'ADN d'Antidote étant de transformer un texte en propos clair et lisible."

Le mode "lisibilité" est d'ailleurs la seconde innovation majeure d'Antidote 10. Il identifie les phrases trop longues et alambiquées, et supprime les répétitions. Si deux mots issus d'une même racine ("animateur" et "animer" par exemple) se trouvent trop proches, le dictionnaire propose une liste de synonymes appropriés. "Nous avons choisi de les faire apparaître par ordre de pertinence et non plus alphabétique", explique David Ajami, représentant de Druide en Belgique. "Les élèves utilisant le logiciel avaient tendance à choisir le premier synonyme qui sortait. Les professeurs en avaient assez des copies remplies de mots en "a" !"

Antidote 10 propose des synonymes par ordre de pertinence plutôt qu'alphabétique., Antidote 10 (capture d'écran)
Antidote 10 propose des synonymes par ordre de pertinence plutôt qu'alphabétique. © Antidote 10 (capture d'écran)

1,4 million d'utilisateurs

Antidote enregistre 1,4 million d'utilisateurs à travers le monde, institutionnels et particuliers. David Ajami confirme : "Les étudiants apprécient particulièrement la fonction de vérification des noms propres et des chiffres pour leur mémoire. Des partis politiques belges l'utilisent également, mais nous ne dirons pas lesquels !" Élaboré par une centaine de collaborateurs, le dictionnaire bilingue enrichi à chaque édition contient 2,5 millions de mots et locutions. "Antidote n'est pas un traducteur, mais il permet d'éviter les faux-amis et les expressions hasardeuses." Un grand allié pour se sentir plus à l'aise dans la langue de Shakespeare.

Le pack Antidote est disponible sur Mac, Windows et Linux. Il coûte 119 euros pour une langue (français/anglais), 159 pour les deux. Pour les utilisateurs déjà équipés, la mise à jour coûte 49 euros pour une langue, 79 euros pour les deux.

Antidote a été lancé par une équipe de linguistes et d'informaticiens il y a près de vingt ans. Correcteur orthographique, dictionnaire de synonymes et d'expressions, traducteur français/anglais... Le logiciel est un concentré d'outils destiné à peaufiner sa plume. Il sort aujourd'hui dans sa dixième version, avec un nouveau paramètre bien d'actualité : le mode "inclusivité"."Ce bouton nous a été réclamé par les utilisateurs des deux côtés de l'Atlantique", développe Éric Brunelle, président de la société québécoise éditrice Druide. "Il s'agit de représenter équitablement les deux genres linguistiques dans un texte, sans rendre celui-ci trop lourd." Concrètement, Antidote pointe dans la page les termes pouvant être remplacés par un mot épicène, c'est-à-dire non genré. Par exemple, au lieu de parler des "enseignants", le logiciel corrigera par "le corps enseignant".Pour autant, le logiciel n'applique pas une inclusion aussi stricte que la mise à jour Word d'octobre dernier, relevée par Canard PC magazine. Avec Antidote, pas d'accord de proximité, de doublets systématiques ("les enseignantes et les enseignants") ou de points médians (le fameux "·e"). "Tout ça est trop lourd, je n'ai jamais réussi à m'y faire", avoue Éric Brunelle. "Nous nous sommes concentrés sur l'épicénisation, l'ADN d'Antidote étant de transformer un texte en propos clair et lisible."Le mode "lisibilité" est d'ailleurs la seconde innovation majeure d'Antidote 10. Il identifie les phrases trop longues et alambiquées, et supprime les répétitions. Si deux mots issus d'une même racine ("animateur" et "animer" par exemple) se trouvent trop proches, le dictionnaire propose une liste de synonymes appropriés. "Nous avons choisi de les faire apparaître par ordre de pertinence et non plus alphabétique", explique David Ajami, représentant de Druide en Belgique. "Les élèves utilisant le logiciel avaient tendance à choisir le premier synonyme qui sortait. Les professeurs en avaient assez des copies remplies de mots en "a" !"Antidote enregistre 1,4 million d'utilisateurs à travers le monde, institutionnels et particuliers. David Ajami confirme : "Les étudiants apprécient particulièrement la fonction de vérification des noms propres et des chiffres pour leur mémoire. Des partis politiques belges l'utilisent également, mais nous ne dirons pas lesquels !" Élaboré par une centaine de collaborateurs, le dictionnaire bilingue enrichi à chaque édition contient 2,5 millions de mots et locutions. "Antidote n'est pas un traducteur, mais il permet d'éviter les faux-amis et les expressions hasardeuses." Un grand allié pour se sentir plus à l'aise dans la langue de Shakespeare.