A la demande de l'INAMI, le KCE s'est penché sur l'opportunité de pratiquer un dépistage du cancer du sein chez les femmes entre 40 et 49 ans ne présentant pas de symptômes ou de risque familial élevé. Il y a actuellement en Belgique près de 800.000 femmes dans cette tranche d'âge. Près d'une quadragénaire sur cinq a subi en 2008 une mammographie. Un tel dépistage permettrait d'éviter environ 24 décès par an.

Cependant, l'irradiation liée aux mammographies causerait 16 décès et 40 cancers supplémentaires. Le dépistage conduirait par ailleurs à la découverte et au traitement de petites lésions cancéreuses dont un certain nombre de petites tumeurs qui vont peu ou pas évoluer voire régresser et disparaître. "Cela induit des inquiétudes inutiles et des interventions médicales superflues et dommageables", estiment les chercheurs.

Etant donné le bénéfice potentiel limité et les risques d'effets négatifs, le KCE ne recommande pas un dépistage pour les femmes quadragénaires sans symptômes. Il plaide en revanche pour une information adéquate des femmes sur la mammographie.

Le Vif.be, avec Belga

A la demande de l'INAMI, le KCE s'est penché sur l'opportunité de pratiquer un dépistage du cancer du sein chez les femmes entre 40 et 49 ans ne présentant pas de symptômes ou de risque familial élevé. Il y a actuellement en Belgique près de 800.000 femmes dans cette tranche d'âge. Près d'une quadragénaire sur cinq a subi en 2008 une mammographie. Un tel dépistage permettrait d'éviter environ 24 décès par an. Cependant, l'irradiation liée aux mammographies causerait 16 décès et 40 cancers supplémentaires. Le dépistage conduirait par ailleurs à la découverte et au traitement de petites lésions cancéreuses dont un certain nombre de petites tumeurs qui vont peu ou pas évoluer voire régresser et disparaître. "Cela induit des inquiétudes inutiles et des interventions médicales superflues et dommageables", estiment les chercheurs. Etant donné le bénéfice potentiel limité et les risques d'effets négatifs, le KCE ne recommande pas un dépistage pour les femmes quadragénaires sans symptômes. Il plaide en revanche pour une information adéquate des femmes sur la mammographie. Le Vif.be, avec Belga