Les chercheurs de l'université de Maastricht ne parlent pas d'un froid sibérien, mais de baisser le chauffage d'un ou deux degrés. Cette technique ne serait pas seulement bonne pour l'environnement et pour le portefeuille, mais également pour soutenir la perte de poids.

Les chercheurs ont découvert que même si les individus soumis au froid compensent en mangeant plus, la compensation n'est jamais totale. Ils brûlent toujours plus de calories qu'ils n'en gagnent en mangeant en plus grande quantité.

Les chercheurs font une similitude entre les exercices sportifs quotidiens et les "exercices de température" qui consistent à laisser son corps jouer les thermostats au lieu d'augmenter le chauffage.

Il serait donc conseillé de repenser le confort à l'intérieur de nos bâtiments. Avoir une température ambiante un peu plus basse qu'à l'accoutumée permettrait de protéger à la fois la santé et le compte bancaire.

Les chercheurs de l'université de Maastricht ne parlent pas d'un froid sibérien, mais de baisser le chauffage d'un ou deux degrés. Cette technique ne serait pas seulement bonne pour l'environnement et pour le portefeuille, mais également pour soutenir la perte de poids. Les chercheurs ont découvert que même si les individus soumis au froid compensent en mangeant plus, la compensation n'est jamais totale. Ils brûlent toujours plus de calories qu'ils n'en gagnent en mangeant en plus grande quantité. Les chercheurs font une similitude entre les exercices sportifs quotidiens et les "exercices de température" qui consistent à laisser son corps jouer les thermostats au lieu d'augmenter le chauffage. Il serait donc conseillé de repenser le confort à l'intérieur de nos bâtiments. Avoir une température ambiante un peu plus basse qu'à l'accoutumée permettrait de protéger à la fois la santé et le compte bancaire.