Lorsqu'en 2015, Bruno Holthof, CEO du réseau hospitalier d'Anvers (ZNA) a été invité à devenir le CEO du réputé hôpital universitaire d'Oxford au Royaume-Uni, sa tâche était claire: Oxford était moins connu pour ses sciences de la vie que son éternel rival Cambridge, et cela devait changer. Cinq ans plus tard, c'est chose faite, mais tout le monde ne considérera peut-être pas cela comme une bénédiction : les chercheurs d'Oxford ont fabriqué le vaccin d'AstraZeneca qui crée tant d'émoi.
...

Lorsqu'en 2015, Bruno Holthof, CEO du réseau hospitalier d'Anvers (ZNA) a été invité à devenir le CEO du réputé hôpital universitaire d'Oxford au Royaume-Uni, sa tâche était claire: Oxford était moins connu pour ses sciences de la vie que son éternel rival Cambridge, et cela devait changer. Cinq ans plus tard, c'est chose faite, mais tout le monde ne considérera peut-être pas cela comme une bénédiction : les chercheurs d'Oxford ont fabriqué le vaccin d'AstraZeneca qui crée tant d'émoi.Êtes-vous satisfait du choix d'AstraZeneca ? L'entreprise et votre vaccin ont été pris dans une tempête mondiale.Bruno Holthof : C'est surtout de votre point de vue en Europe. Ici, en Angleterre, notre vaccin n'a pas du tout mauvaise réputation. Au contraire, il y a une incroyable gratitude. Les gens sont heureux qu'il existe, tout comme le vaccin Pfizer. Il est constamment souligné ici que les deux vaccins offrent une très bonne protection. Il existe également une communication claire sur l'effet secondaire rare du vaccin Oxford/AstraZeneca.Pourquoi est-ce différent dans le reste du monde ?En Inde, 300 000 personnes sont désormais vaccinées chaque jour avec notre vaccin. Sans le vaccin, la situation serait encore beaucoup plus dramatique.Les autorités congolaises ont annoncé qu'elles ne voulaient pas du vaccin d'AstraZeneca. À Bruxelles, il est qualifié de "mort".En pleine pandémie, de telles déclarations causent beaucoup de morts évitables. C'est vraiment contre-productif.C'est la réalité dans de nombreux pays. Comment pensez-vous pouvoir contrer cette atmosphère négative ?Vous devez poser la question à AstraZeneca. Nous avons délibérément choisi un partenaire pour organiser la distribution de notre vaccin en dehors du Royaume-Uni, je ne peux donc pas faire de commentaires à ce sujet. Tout ce que je peux dire, c'est que nous sommes extrêmement satisfaits de notre collaboration avec AstraZeneca au Royaume-Uni.La communication d'AstraZeneca n'a pas brillé par sa clarté, y compris sur l'efficacité de votre vaccin.Elle aurait pu être meilleure, oui. Pascal Soriot, le CEO de la société, l'a d'ailleurs admis.Est-il vrai que les contrats précédents sur la production de vaccins que vous aviez conclus interféraient avec les accords d'AstraZeneca au sujet des livraisons à l'Europe ?Avec les 20 millions d'euros que nous avons reçus du gouvernement britannique, nous avons obtenu une capacité de production suffisante pour le Royaume-Uni. C'était notre premier contrat. Le contrat avec AstraZeneca est venu plus tard. L'entreprise a repris le premier contrat.Cela joue-t-il un rôle dans le procès intenté par l'Union européenne à AstraZeneca ?Cette affaire porte sur des divergences d'interprétation concernant l'obligation contractuelle ou non de livrer en temps voulu certaines quantités de vaccins. Le tribunal devra se prononcer sur ce point.Connaît-on la cause des effets secondaires rares, mais potentiellement mortels de votre vaccin, qui suscitent tant d'émoi?Le mécanisme est clair : un risque accru de thrombose combiné à un faible taux de plaquettes. Nos scientifiques et un groupe de recherche allemand ont pu l'identifier assez rapidement. Nous avons immédiatement établi un protocole de diagnostic et de traitement, que nous avons envoyé à tous les centres de vaccination britanniques.En quoi consiste-t-il? Si une personne a des maux de tête après la vaccination, ou tout autre symptôme pouvant indiquer une thrombose, il faut compter ses plaquettes tous les jours. S'il y en a trop peu, un traitement est nécessaire. La thrombose ne doit alors pas être traitée avec de l'héparine, comme on le fait traditionnellement, mais avec de l'immunoglobuline. Le diagnostic est assez facile à établir et le problème peut être traité. Le fait de ne pas administrer notre vaccin aux groupes vulnérables en raison d'un risque minime d'un effet secondaire traitable coûtera des vies dans des pays où les infections sont encore nombreuses.Quel est le facteur qui déclenche l'effet secondaire ?Nous n'en sommes pas encore sûrs. Le fait qu'il en soit probablement de même pour le vaccin de Johnson & Johnson implique que la cause pourrait être l'adénovirus, car ce vaccin est également basé sur ce porteur. Mais l'effet secondaire est si rare qu'il faut vacciner un grand nombre de personnes avant qu'il ne devienne visible. Il faut également disposer d'un bon système de suivi médical.Selon une prépublication scientifique allemande, la cause pourrait résider dans des morceaux de la protéine épineuse du virus produite par le vaccin qui passeraient dans la circulation sanguine.C'est l'une des hypothèses qui circulent, mais il n'existe aucune preuve scientifique solide à ce sujet.Les scientifiques allemands affirment que si leur hypothèse est correcte, le problème peut être corrigé.C'est possible, mais encore une fois : il y a différentes hypothèses.Comment se fait-il que le vaccin d'AstraZeneca ne soit pas utilisé aux États-Unis ?Je suis désolé, mais là aussi, vous devez poser la question à AstraZeneca. Je n'ai aucune idée des discussions de l'entreprise sur notre vaccin à l'étranger. Elle nous a également tout repris en termes de développement clinique.Vous n'utilisez plus votre propre vaccin ?Si. Afin d'éviter les conséquences d'un nouveau confinement pour nos essais, nous avons lancé, à la demande du gouvernement britannique, des challenge trials, avec des collègues de l'Imperial College. Ils vont infecter les personnes vaccinées avec le coronavirus ; nous allons faire de même avec les personnes qui ont eu une infection naturelle par le virus. De cette façon, nous voulons déterminer si une résistance suffisante est développée. Ces informations sont importantes, surtout lorsqu'il s'agit de nouveaux variants du virus.Trouvez-vous suffisamment de volontaires qui acceptent d'être infectés ?Ce n'est pas un problème - il n'y a que quelques dizaines de personnes concernées. Il s'agit toutefois d'un défi logistique, car ils doivent littéralement rester dans une sorte de bulle à l'hôpital pour éviter de contaminer les autres.L'optimisme règne quant à l'efficacité des vaccins existants contre les nouveaux variants du coronavirus.Les données de l'organisation gouvernementale Public Health England confirment que notre vaccin et celui de Pfizer protègent contre les infections symptomatiques du variant indien, qui suscite tant d'inquiétude. Dans quelques semaines, nous saurons s'ils protègent également contre l'hospitalisation et le décès, ce qui est le plus important.S'il y a moins d'infections symptomatiques, il y aura moins d'hospitalisations et de décès ?C'est ce que tout le monde attend, mais c'est toujours bien de le confirmer par des chiffres scientifiques. Le gouvernement britannique attend les résultats pour décider si, le 21 juin, toutes les restrictions sociales seront effectivement levées, comme il l'a annoncé. Alors le pire sera passé au Royaume-Uni.Est-il vrai que votre vaccin peut être rapidement adapté aux nouveaux variants du virus ?Oui, les techniques avancées utilisées pour produire des vaccins contre le coronavirus, entre autres, sont un peu plus difficiles que celles utilisées pour produire des médicaments traditionnels, mais c'est une bonne chose que l'on crée davantage de capacité pour ce type de technologies dans le monde. Certainement parce qu'ils peuvent aussi être utilisés pour d'autres vaccins. Investir dans des usines et des technologies de fabrication de vaccins n'est pas un gaspillage d'argent.La plus grande usine de vaccins du monde se trouve en Inde. Elle devrait également fournir votre vaccin à l'Afrique, mais pour l'instant, elle ne fonctionne que pour sa propre population.Cela illustre l'importance d'augmenter les capacités de production partout dans le monde. Des milliards de personnes doivent encore être vaccinées. On parle beaucoup du variant indien du virus, mais on surveille également une variant philippin. Tant que tout le monde ne sera pas vacciné, nous continuerons à avoir des variants. Peut-être même qu'un jour, il y aura un variant pour lequel nous devrons développer un nouveau vaccin.Comment voyez-vous le nationalisme vaccinal, particulièrement répandu dans les pays riches ?Nous avons fait notre part en rendant notre vaccin disponible, comme je l'ai dit, au prix coûtant. Il serait peut-être utile que d'autres fabricants de vaccins fassent de même.Covax, l'organisation internationale qui fournit des vaccins aux pays en développement, semble avoir peu de succès.Le vaccin d'AstraZeneca représente 95 % de tous les vaccins distribués par Covax.La question de savoir si nous devons vacciner nos enfants fait débat, car cela pourrait se faire au détriment de la vaccination dans les pays en développement.Il est logique que nous fassions les deux. Nous devons assurer l'immunité dans nos pays et investir dans les pays en développement. Au Royaume-Uni, nous allons même donner aux groupes prioritaires - les personnes vulnérables et les plus de 50 ans - une troisième chance à l'automne, ce qui nécessite bien sûr des capacités de production supplémentaires.Cette troisième injection sera-t-elle faite avec le même vaccin que celle que les gens ont déjà reçu ? Des études suggèrent qu'une combinaison de vaccins offre une protection supplémentaire.Ce n'est pas encore décidé. Les études sur l'effet protecteur de deux vaccins différents dans un organisme ont pris un peu de retard, car nous sommes à nouveau confrontés à une forte baisse du nombre d'infections. Il est possible qu'il y ait un effet de renforcement, en raison de la production d'une gamme plus large d'anticorps et de cellules T par le système immunitaire, mais les preuves scientifiques doivent encore être apportées.En Belgique, le virologue Marc Van Ranst a dû se cacher après avoir été menacé de mort par un soldat d'extrême droite.C'est effrayant. Il est très important que les scientifiques partagent leurs connaissances avec le reste de la société.Heureusement, les choses peuvent être différentes. Nos scientifiques sont à juste titre fiers du succès de leur vaccin, mais l'année dernière, ils ont également lancé des essais cliniques à grande échelle de médicaments contre le covid. Ceux-ci ont rapidement révélé que l'anti-inflammatoire dexaméthasone est utile pour traiter le covid-19. Des recherches récentes ont montré qu'il a déjà sauvé plus d'un million de vies dans le monde. Nos chercheurs sont très respectés pour ça.