Alors qu'au bureau, la protection de la santé est garantie par les mesures préventives prévues par la loi, c'est beaucoup moins le cas pour le télétravail. La convention collective Télétravail récemment conclue devrait changer la donne. L'employeur est désormais tenu de prendre des mesures pour contrecarrer les risques du travail à domicile, tant sur le plan physique que mental.
...

Alors qu'au bureau, la protection de la santé est garantie par les mesures préventives prévues par la loi, c'est beaucoup moins le cas pour le télétravail. La convention collective Télétravail récemment conclue devrait changer la donne. L'employeur est désormais tenu de prendre des mesures pour contrecarrer les risques du travail à domicile, tant sur le plan physique que mental."Ce n'est pas seulement dans l'intérêt de l'employé, mais certainement aussi de l'employeur", déclare Lode Godderis, professeur en médecine du travail à la KuLeuven, et chef de recherche du service de prévention IDEWE. "Nous savons qu'un bon environnement de travail a également un effet bénéfique sur la santé mentale de l'employé et exerce donc un effet positif sur son fonctionnement. L'employeur y a plus à gagner qu'à perdre. Investir dans l'ergonomie est un signe d'appréciation envers l'employé, et par les temps qui courent, c'est plus important que jamais." Troubles musculo-squelettiquesLes recherches montrent que le nombre de troubles musculo-squelettiques telles que les douleurs au cou, au dos et aux épaules a augmenté de plus de 10 % par rapport aux employés qui ne travaillent pas à domicile. "Ce n'est guère surprenant", explique Godderis. "La manière dont nous nous installons chaque jour à la table de la cuisine ou dans le salon n'a pas toujours lieu dans les conditions ergonomiques les plus optimales." Dans 90 % des cas, la chaise de bureau n'est pas à la bonne hauteur et l'utilisation d'un ordinateur portable sans clavier externe pose problème."Le manque d'exercice est également problématique. Certains jours, la distance la plus longue que nous parcourons est celle qui sépare la salle de bains du salon. En ne bougeant pas assez, nous utilisons beaucoup trop peu nos muscles dorsaux et abdominaux, la cause de la majorité des problèmes de dos."Nous constatons que le temps dégagé par l'absence de trajet n'est pas utilisé pour faire de l'exercice supplémentaire", remarque Godderis, "mais plutôt pour travailler une demi-heure de plus. En d'autres termes, les gens considèrent leur temps de travail comme le temps qui s'écoule entre le moment où ils quittent la maison pour le bureau et celui où ils rentrent chez eux. Cependant, il est important de sortir une demi-heure le matin avant d'allumer son ordinateur et de faire de même le soir après le travail, pour faire un 'déplacement de travail' à la fois physique et mental. Cette heure d'exercice satisfait pleinement les directives de l'Organisation mondiale de la santé".Yeux fatigués Comme l'air à la maison est moins sec qu'au bureau où le nombre élevé d'ordinateurs peut assécher l'air, vous risquez moins de souffrir de sécheresse oculaire. Mais d'autres problèmes se profilent.Le télétravail ne comprend pas seulement les tâches informatiques standard, mais les réunions zoom, les webinaires en ligne et les pauses café numériques avec les collègues font partie de la nouvelle façon de travailler. De plus, en l'absence d'autres options de détente, nous passons souvent à d'autres écrans après la journée de travail : un apéritif en ligne avec des amis, un cours de yoga sur internet ou une soirée Netflix."Les symptômes de la fatigue oculaire numérique sont liés à la façon dont nous utilisons nos appareils numériques, et non à la lumière bleue qui en provient", poursuit Mertens. "L'utilisation d'appareils n'endommagera pas vos yeux de façon permanente, mais les fixer de manière prolongée peut causer un inconfort temporaire. Les gens ressentent la fatigue oculaire de différentes manières, comme des yeux secs, une vision floue, des yeux larmoyants ou des maux de tête".Les kilos supplémentaires sont le dernier effet physique du télétravail. Bien que les chaînes de supermarchés observent qu'en en période de coronavirus, les clients achètent davantage d'aliments sains, des études montrent que 20 à 25 % des télétravailleurs ont pris du poids depuis le début de la pandémie.Les kilos supplémentaires seraient principalement dus au grignotage. Nous mangeons une pâtisserie supplémentaire par ennui ou par stress et buvons un verre d'alcool pour nous réconforter ou par peur de l'avenir. On n'a même pas besoin de se déplacer, car tout est à portée de main de la table/bureau de cuisine. En plus, on fait également moins d'exercice.De même, les déplacements vers le travail ont disparu. Grâce au beau temps, nous pouvons heureusement sortir plus souvent, mais une fois que la pandémie sera terminée, les nombreuses fêtes de libération et les dîners qui suivront risquent de nous faire prendre encore plus de poids. Il vaut mieux donc faire attention dès maintenant.